Overblog
Seguir este blog Administration + Create my blog
COALICIÓN CORED

actualidad

LA ROMERÍA DE LA VERGUENZA

19 Febrero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

La comisión de ancianos de la localidad de Annobón, puntualizó al dictador Obiang Nguema, al iniciar allí su acostumbrada romeria ambulante en los siguientes terminos :

1.- Annobon es un pueblo y no una provincia.

2.- Segundo les prometió una fábrica de pescado salado industrial.

3.- Que el presidente Obiang, no olvide lo que pasó en la revuelta de la década de los noventa. 

4.- No habia un mensaje claro para el pueblo de Annobon, a qué ha venido? 5.- Que él no duerma en Annobon por que ellos son capaces de todo. El portavoz de los ancianos era el corresponsal de la rtvg. Inmediatamente fue arrestado a los barracones, y la reacción del pueblo fue entrar todos a la cárcel. 

ÉSA BRAVURA DEL PUEBLO ANNOBONÉS YA ES CONOCIDA POR EL RESTO DE LOS PUEBLOS DE GUINEA ECUATORIAL.

El discurso del sartrapa no ha cambiado en nada de las anteriores romerias ambulantes, "ESTAR VIGILANTES", "PAZ REINANTES", INFRAESTRUCTURAS", ETC.,  mientras el pueblo se desangra de la inseguridad ciudadana, de la delincuencia juvenil, de los cuerpos uniformados que atacan a los ciudadanos hasta en sus dormitorios y sobre todo, mientras ciudadanos están siendo ejecutados en las cárceles solo por oponerse a las sabias orientaciones del sartrapa, el regimen que dirige Obiang Nguema Mbasogo, organiza un intento para seducir a la comunidad internacional, y envía a su Vicepresidente encargado de los Derechos Humanos ALFONSO NSUE MOKUY,  a contar las acostumbradas mentiras, para decir a Europa que en Guinea Ecuatorial ya no se mata en las cárceles, que ya no se tortura en las dependencias policiales, que en Guinea Ecuatorial no existe persecución politica, pero circulando por el mundo entero la lista de todo el espectro politico exiliado, puesto en busca y captura solo con claras intenciones de acallar las voces discrepantes.

Pero las cosas han cambiado mucho, aquí estamos para dejarlo todo al descubierto, precisamente la gran delegación de Nsue Mokuy, empezó teniendo un rotundo fracaso en su rueda de prensa en Paris, ya nadie cree en las mentiras de un regimen cleoptocrata. ¿quién va a creer las mentiras de un ministro de derechos humanos que no le preocupa de lo que está sucediendo en las cárceles del pais?.

Otro varapalo en Estramburgo.

Alfonso Nsue Mokuy fue rechazado en su intento de ir a mentir ante el parlamento europeo, según él, quiere transmitir la información real del pais. Se encontró con un abultado informe entregado por la Coalición CORED, a todos los grupos parlamentarios, que explica detalladamente sobre la actual situación global de nuestro pais. Y el informe lo dice muy alto y claro que el presidente Obiang Nguema solo entiende la politica de MATAR A OPOSITORES.

 

Leer más

Guinea Ecuatorial bajo la atención de los derechos humanos de la ONU

10 Febrero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

https://www.nation.co.ke/news/africa/Equatorial-Guinea-under-UN-human-rights-spotlight/1066-4972306-1npd4hz/index.html

Los defensores de los derechos humanos han expresado su preocupación por el desempeño del Consejo de Seguridad de la ONU bajo el liderazgo de un país africano considerado opresivo.

El Sr. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, gobernante de Guinea Ecuatorial desde el golpe militar de 1979, ha presidido los debates relacionados con África en el Consejo de Seguridad este mes.

El presidente Obiang, el líder más antiguo del mundo, tiene ese prestigioso papel diplomático porque Guinea Ecuatorial preside el máximo organismo de la ONU durante todo febrero.

Guinea Ecuatorial es actualmente uno de los 10 países que tienen mandatos de dos años en el Consejo de Seguridad de 15 miembros, que incluye cinco poderes con poder de veto: China, Francia, Rusia, el Reino Unido y los Estados Unidos.

Guinea Ecuatorial ocupa la presidencia de acuerdo con el sistema de liderazgo rotativo mensual del consejo.

Estado rico en petróleo

Según el Departamento de Estado de los EE. UU. Y muchos grupos de supervisión independientes, el pequeño estado de África Occidental, rico en petróleo, no permite casi libertades políticas ni libertades civiles.

En su encuesta mundial de derechos humanos de 2017, el Departamento de Estado de EE. UU. Citó múltiples abusos en Guinea Ecuatorial, incluido el uso de la "fuerza mortal contra los opositores políticos" del régimen del presidente Obiang.

También se dice que los gobernantes del país exhiben "desprecio por el estado de derecho", así como también "la negación de las libertades de prensa, reunión y asociación".

La encuesta del Departamento de Estado señala además "la violencia contra las mujeres, incluida la violación, con una acción gubernamental limitada para investigar o procesar a los responsables".

Pero el historial de represión de Guinea Ecuatorial no lo distingue de la mayoría de los estados miembros de la ONU, señala Louis Charbonneau, director de la ONU para Human Rights Watch.

"La ONU ofrece a todos los gobiernos una plataforma regular para hablar sobre temas, y no hay una prueba de exclusión para los gobiernos que muestran hipocresía", escribió Charbonneau en un correo electrónico el miércoles.

MANO DE HIERRO

Agregó: "El presidente Obiang, como jefe de un gobierno que reprime brutalmente a la oposición política en Guinea Ecuatorial, y que ha mantenido su dominio del poder durante más tiempo que cualquier otro presidente en el mundo, no es una excepción".

El Sr. Charbonneau minimizó la importancia de la presidencia temporal del Consejo de Seguridad en Guinea Ecuatorial y dijo que el papel es en gran medida simbólico.

Pero los recientes pronunciamientos del gobierno del presidente Obiang indican que su país está utilizando la posición de su consejo para presentarse como digno de respeto internacional.

"En la práctica, Guinea Ecuatorial se ha alineado con un conjunto de miembros del Consejo de Seguridad, encabezados por Rusia y China, que buscan" desmantelar el pilar de los derechos humanos de la ONU ", dijo Charbonneau en una entrevista.

Estos países expresan la opinión de que la soberanía nacional prevalece sobre los intentos de influir en las políticas internas de los gobiernos, incluidos los derechos humanos.

AGITACIÓN POLÍTICA

Guinea Ecuatorial recientemente se alió con China y Rusia en oposición para permitir que el Consejo de Seguridad discuta la situación interna de Venezuela, que ha estado experimentando una crisis política y un colapso económico.

Sudáfrica, otro miembro rotativo del Consejo de Seguridad de las Naciones Unidas, también votó en contra de debatir la crisis de Venezuela.

Cote d’Ivoire, el otro miembro temporal de África, se abstuvo en esa votación, al igual que Indonesia. Los otros nueve miembros del consejo (Bélgica, Alemania, República Dominicana, Francia, Kuwait, Perú, Polonia, el Reino Unido y Estados Unidos) lograron poner a Venezuela en la agenda.

Charbonneau considera a Sudáfrica y a Costa de Marfil como "estados cambiantes" con respecto a las cuestiones de derechos humanos que se presentan ante el Consejo de Seguridad de la ONU.

Las posiciones de esos dos países no necesariamente pueden ser pronosticadas, dijo. "Mantenemos una estrecha vigilancia sobre los estados de swing", agregó.

Los defensores de los derechos humanos reconocen que los países con registros de votación comparativamente sólidos en el consejo no actúan de manera consistente de acuerdo con sus principios expresados.

El Sr. Charbonneau dijo que los Estados Unidos, por ejemplo, defienden rutinariamente a Israel contra las críticas a su trato a los palestinos.

CoaliciónCORED, La hipocrsia del tirano se volvió contra él mismo, menos mal que las instituciones internacionales ya conocen la hipocresía y el caracter mentiroso del despota de Guinea Ecuatorial. Queda demostrado que aquél que habla de mercenarios, es el mismo patron traficantes de mercenarios. Aquel que tanto miedo tiene a los golpes de estados, es el mismo que los inventa en cada instante y ademas que accedió en el asiento mediante un sangriento golpe de estado.

Leer más

LE VICE PRÉSIDENT DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE AVAIT AFFIRMÉ QUE SON PAYS N'AVAIT PAS DE DETTE...

8 Febrero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

LE VICE PRÉSIDENT DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE AVAIT AFFIRMÉ QUE SON PAYS N'AVAIT PAS DE DETTE...

OR VOICI CE QU'ON LIT DANS LA REVUE PERSPECTIVES ECONOMIQUES EN AFRIQUE 2018 :

La  dette  publique  continue  d’augmenter,  notamment  en  raison de l’accumulation par l’État d’arriérés de paiement envers le secteur privé, estimés à 1 300 milliards de FCFA.

ET DANS ÉCONOMIES AFRICAINES :

La dette équato-guinéenne a doublé en 2 ans (de 6 % du PIB en 2013 à 14 % en 2015). Cette tendance devrait se confirmer, et les prévisions à long terme du FMI vont jusqu’à supposer que la dette atteindra presque 30 % en 2019.

Les créditeurs sont à 55 % étrangers, avec une forte prédominance de la Chine (EximBank China a accordé une ligne de crédit de 2 Md$ pour la construction d’infrastructures). 41 % des créanciers sont domestiques. Les créances domestiques sont en majorité détenues par la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC). Malgré l’importance des créditeurs étrangers, la dette intérieure compte pour 90 % de la dette publique. La part de la dette extérieure devrait néanmoins augmenter avec l’accroissement de la dette publique.

La soutenabilité de la dette serait sérieusement remise en question en cas de dégradation de la balance courante, causée par une réduction continue du prix des hydrocarbures, accompagnée d’une dépréciation du franc CFA.

Les investissements français en Guinée équatoriale s’établissent à 114 M EUR en 2017, en hausse de 5,5 % sur un an, selon les chiffres de la Banque de France. La France n’étant pas positionnée sur le secteur extractif, qui concentre la majeure partie des 13,7 Mds USD d’IDE totaux, elle reste un investisseur marginal en Guinée équatoriale.

Les exportations de la France à destination de la Guinée équatoriale se sont contractées de 15,6 % sur les six premiers mois de l’année, après avoir baissé de 31,5 % en 2017, en lien avec la profonde récession que traverse le pays depuis la chute des cours du pétrole. Les exportations françaises vers la Guinée équatoriale sont désormais les plus faibles de la CEMAC. Les ventes de produits des industries agroalimentaires, premier poste d’exportation, se replient de 28,5 % à 5,4 M EUR sous l’effet notamment de la baisse de moitié des exportations de boissons (-54,9 % à 1,5 M EUR). Les exportations de produits industriels chutent également de 27,9 % (à 3,0 M EUR), emportées par la baisse des produits métallurgiques et métalliques (-62,1 % à 0,7 M EUR).

Quelques postes affichent des hausses significatives, à l’image des postes « matériel électrique » (+191 % à 1,7 M EUR) ou « bois et articles en bois » (1,0 M EUR au premier semestre 2018 contre un montant quasi-nul un an plus tôt).

Les importations françaises en provenance de Guinée équatoriale sont très dépendantes des achats de produits pétroliers. En l’absence d’achats au premier semestre (contre 103,5 M EUR à la même période en 2017), les importations françaises dans leur ensemble ont chuté de 88,9 % et se sont limitées à 11,6 M EUR. Elles sont composées à plus de 85 % (9,9 M EUR) de produits métallurgiques et métalliques, principalement de l’or. Le solde est réparti en achats de produits sylvicoles (1,2 M EUR, en hausse de 7,7 % sur un an) et de boissons (0,4 M EUR). Les autres postes affichent des montants négligeables.

ON VOIT QUE LE MESSAGE EST PASSÉ : IL NE FAUT PAS INVESTIR EN GUINÉE ÉQUATORIALE, TANT QU'OBIANG, SA FAMILLE ET SON CLAN SERONT AU POUVOIR.

Leer más

OBIANG NGUEMA PREPARA TESTIGOS EN LA REPÚBLICA CENTROAFRICANA PARA SU TRIBUNAL MILITAR.

8 Febrero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

Otro pelotazo pretende tirar de nuevo el regimen tiránico de Malabo con respecto al falso macrojuicio que pretendían instalar en Guinea Ecuatorial, fuentes fidedignas nos han confirmado que el regimen tiránico lleva tiempo pagando a unos supuestos testigos en Bangui, capital de la república centrafricana, aquellos que han preparados para testificar contra los encausados, les han hecho aprender de memoria a un monton de nombres de personas que nunca conocieron en sus vidas para dar credicilidad de las mentiras que suelta el regimen.

Hay que tener en cuenta que esta no es la primera vez que el regimen de Obiang Nguema recurre a este tipo de cosas. Hace mucho tiempo, desde el golpe de CONA hasta el de Eugenio Abeso Monduhu, en el que implicaron a Fructuoso Mba Oñana, siempre Obiang Nguema preparaba a unos supuesto testigos.

Este escenario nos lo volvió a recordar el famoso Ondo Criss, quien trajo a un tal KOULIBALI, un supuesto hermano de un enfermo de Ébola, quien testificó que líderes de partidos de oposición le habian contratado para la comprar de un enfermos de ébola. Mas tarde se supo que Koulibali ni era de Guinea Konacri, ni tenía un hermano enfermo de Ébola. Obiang Nguema Mbasogo sigue siendo el mismo de siempre y que a nadie le asuste los testigos pintorezcos que aparecerán en el tribunal en el supuesto golpe de estado preparado por el regimen.

Leer más

OBIANG VEUT ASSISTER AU SACRE DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE À LA PRÉSIDENCE DE L'ONU, 

4 Febrero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

Or, il y a un an, la COALITION CORED qui représente 20 partis politiques et associations en exil a fait une demande d'enquête à l'ONU sur les crimes commis par le régime d'OBIANG NGUEMA MBASOGO.

Compte tenu de ce qui précède, cette demande sera également adressée au Président TRUMP, à l'UNION AFRICAINE, à la CEMAC, et à l'UNION EUROPÉENNE
 

Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, Chef de l’État équato-guinéen dont le pays siège au Conseil de Sécurité de l’ONU a pris le pouvoir par les armes lors d’un coup d’état et pratique depuis le génocide des opposants par la torture et les assassinats et récemment encore par le kidnapping de réfugiés politiques espagnols et italiens, lesquels sont actuellement détenus dans la prison de MALABO avec beaucoup d'autres prisonniers politiques qui sont torturés, ce qui constitue des crimes contre l’Humanité, raisons pour lesquelles l’ONU doit enquêter à ce sujet pour le sanctionner si ces pratiques sont avérées.

 
Au moment même ou le DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO est parti à New York pour essayer de se faire passer pour le maître du monde en raison du fait que la Guinée équatoriale va pendant un mois, après la République dominicaine qui a présidé pendant le mois de janvier le Conseil de sécurité de l'ONU, c'est le tour au mois de février de la guinée équatoriale, avant de céder sa place en mars 2019 à la FRANCE.
 
Il ne s'agit donc pas d'une reconnaissance de ses capacités, ET ENCORE MOINS "D'UN GRAND SUCCÈS" COMME L'INDIQUE LE SITE INTERNET DU GOUVERNEMENT, mais simplement la permanence tournante qui vat être la suivante :
 
2019 Janvier Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 31 décembre 2020
  Février Drapeau de la Guinée équatoriale Guinée équatoriale 31 décembre 2019
  Mars Drapeau de la France France Membre permanent
  Avril Drapeau de l'Allemagne Allemagne 31 décembre 2020
  Mai Drapeau de l'Indonésie Indonésie 31 décembre 2020
  Juin Drapeau du Koweït Koweït 31 décembre 2019
  Juillet Drapeau du Pérou Pérou 31 décembre 2019
  Août Drapeau de la Pologne Pologne 31 décembre 2019
  Septembre Drapeau de la Russie Russie Membre permanent
  Octobre Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 31 décembre 2020
  Novembre Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Membre permanent
  Décembre Drapeau des États-Unis États-Unis Membre permanent
 
Profitant de la visite du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO dont il faut se rappeler que lors de l'émission TV  avec Roland FOKA sur FRANCE 24, il avait souhaité qu'une commission d'enquête vienne en GUINÉE ÉQUATORIALE pour enquêter sur les biens mal acquis et constater que tout était normal...
 

Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, Chef de l’État équato-guinéen dont le pays siège au Conseil de Sécurité de l’ONU a pris le pouvoir par les armes lors d’un coup d’état et pratique depuis le génocide des opposants par la torture et les assassinats, qui constituent des crimes contre l’Humanité, raisons pour lesquelles l’ONU doit enquêter à ce sujet pour le sanctionner si ces pratiques sont avérées. 
Images intégrées 2

Le mandataire actuel de la République de la Guinée équatoriale a organisé un coup d’état pour arriver au pouvoir par les armes, le 3 août 1979, qui a fait 600 morts, enterrés à la hâte dans des fosses communes. Il avait pris le pouvoir en renversant son oncle, Francisco Macias NGUEMA, qui avait été élu démocratiquement lors de l’Indépendance, accordée par les espagnols en octobre 1968 et fut exécuté aux termes d’un procès expéditif, qualifié de "non équitable" par la troupe marocaine, puisque les soldats équato-guinéens, requis pour cette tâche, avaient refusé.

Depuis lors, c’est une succession de mercenaires étrangers qui se sont succédés dont 10.000 mercenaires sont toujours en place pour aider le Président actuel à se maintenir au pouvoir, celui-ci n’ayant aucune confiance dans sa propre armée équato-guinéenne depuis le refus de celle-ci d’exécuter son oncle Macias NGUEMA.


Images intégrées 3

Depuis lors il n’a eu de cesse à vouloir éradiquer pour ne pas dire exterminer l’opposition comme il le fait depuis 39 ans avec 310 assassinats d’opposants au compteur, pratiqués dans le pays ou même en exil (affaire Manuel MOTO TOMO et  PEDRO TOMO MANGUE) afin de se maintenir au pouvoir sans partage.

Une douzaine de tentatives de déstabilisation, qualifiées de coups d’état, ont servi de prétexte au dictateur pour se débarrasser de tous ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre.

La présence du mandataire perpétuel équato-guinéen ayant commis des crimes contre l'humanité, qui est actuellement présent au Conseil de Sécurité de l’ONU, déshonore cette Institution tant que la Guinée équatoriale sera représentée par Teodoro OBIANG NGEMA MBASOGO dont le pays siège au sein de ce Conseil, puisque ce chef d’état pratique encore aujourd’hui dans son pays la torture et les assassinats des opposants pour se maintenir au pouvoir depuis 39 ans, ce qui a été qualifié de « crimes contre l’humanité » par le Secrétaire général de l’ONU

Celui-ci règne par la terreur en continuant à persécuter systématiquement l'opposition en Guinée équatoriale et même à l'étranger comme ce fut le cas avec la tentative contre Pedro TOMO MANGUE où il n'a pas hésité à faire assassiner des opposants en Espagne, ce qui prouve si besoin était que Teodoro OBIANG NGEMA MBASOGO veut éradiquer toute opposition même la plus insignifiante ou la plus éloignée, avec une détermination sans faille qu'il convient de mettre à néant.

Ce dictateur doit être jugé pour ses crimes, qu’il s’agisse de tortures ou d’assassinats d’opposants, d’enrichissement personnel par la corruption pour son profit, sa famille, etc. De plus, il faut pas oublier que :

  • 250.000 Équato-guinéens ont fuit le pays pour aller se réfugier à l'étranger.
  • Plus de 310 personnes ont été assassinées pour permettre au dictateur Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO de se maintenir au pouvoir, auxquels s'ajoutent de nombreux disparus, jetés d'hélicoptère dans la mer, torturés et/ou assassinés dans les prisons ou dans les sous-sols des 8 palais présidentiels.

Par ailleurs, en se représentant 4 fois aux élections, Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO a violé la Constitution, qu’il a lui-même écrite, qui limite la possibilité de se présenter à 2 mandats consécutifs.

Le mandataire actuel a détourné le bénéfice de la rente du pétrole en accumulant une fortune personnelle de 600 millions de dollars, selon FORBES, ce qui correspond à un gain journalier de 40.000 dollars pendant que 70% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que les mécanismes de la corruption ont fait fuir les investisseurs étrangers qui subissent en plus de cela le racket fiscal dénoncé par l’ambassadeur de France à Malabo ou comme le cas de Roberto Berardi nous l’a démontré à Paris devant le tribunal correctionnel dans l’affaire des biens mal acquis, par des arrestations arbitraires suivies de tortures et d’extorsion de signature en exécutant devant lui des prisonniers pour le faire céder.

Actuellement, le dictateur fait emprisonner, torturer et exécuter les opposants, qui finissent par faire de faux témoignages pour abréger leurs souffrances insupportables et interminables avant de succomber le plus souvent à leurs blessures par suite de tortures inhumaines (brûlures avec des fils électriques, ou des fers à repasser...), comme un certain nombre de photos publiées sur internet nous l’ont appris et montré.

La Coalition CORED rappelle les conditions dans lesquelles une douzaine de coups d'états ont eu lieu et explique qu'il s'agit de manoeuvres pour éradiquer l'opposition sur place et en exil. Ceci grâce aux découvertes faites avec le témoignage du mercenaire Simon MANN, organisateur d’un coup d’état manqué et qui finit par avouer devant le Tribunal correctionnel de Paris, alors qu’il était le seul témoin fourni par le fils OBIANG, qu’il travaillait, en fait, pour le dictateur, ce qui accrédite les faits dénoncés par la Coalition CORED, à savoir qu’OGIANG NGUEMA MBASOGO organise de faux coups d’état pour éradiquer l’opposition et se maintenir au pouvoir.

Le dictateur Teodoro OBIANG NGEMA MBASOGO, qui tient le pouvoir par le fait d’avoir actuellement en Guinée équatoriale plus de 10.000 mercenaires étrangers à son service, essaie de faire croire à l’opinion internationale qu’un petit groupe de mercenaires aurait pu déstabiliser son pouvoir sans partage.

Ce nombre important de mercenaires à son service sont payés trois fois plus cher que l’armée régulière et sont destinés à assurer sa protection personnelle, avec un effectif en nombre supérieur à celui de l’armée régulière envers laquelle il n’a jamais eu confiance, ce qui fait qu’en réalité ce sont des mercenaires étrangers qui assurent la souveraineté de l’Etat avec toutes les dérives qui en découlent comme on vient de le constater, alors que cette mission aurait pu être confiée en cas de menace pour la Paix si cela avait été le cas aux casques bleus.

Or, comme pour excuser et dissimuler les crimes contre l’Humanité, qu’il est en train de commettre, Teodoro OBIANG NGEMA MBASOGO a parlé successivement de terroristes, de complot international, de coups d'état puis de tentatives de déstabilisation. Il accuse des Équato-guinéens, des commerçants camerounais et tchadiens, un ambassadeur, des magistrats ainsi que l'opposition sur place, ses pays frères d’Afrique, les opposants en exil, l’Espagne, la France, bref le monde entier, des membres de son Gouvernement qu’il vient de dissoudre et même jusqu’à des membres de sa propre famille… tout cela pour essayer de faire oublier les crimes qu’il a commis et fait commettre chaque jour et pour lesquels Justice doit être rendue.

La Coalition CORED met en lumière, à l’occasion de cette tentative, la pratique de la dissimulation de la vérité sur la soi-disant fausse attaque du pouvoir, ce qui a permis de nombreux assassinats, pratiqués par Teodoro OBIANG NGEMA MBASOGO avec, entre autres, le cas d’un commerçant tchadien, torturé à mort au Commissariat de Bata et que l'on a transporté le lendemain en forêt en lui mettant des armes entre les mains et en mitraillant son cadavre pour faire croire que c'était un combattant qui s’était défendu et était mort les armes à la main.

Images intégrées 4
La Coalition CORED, qui représente 19 partis politiques et Associations en exil, dénonce à la Communauté internationale les allégations mensongères du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, qui lui a permis de faire torturer jusqu’à ce que mort s’en suive un opposant tout en prétendant, sur RFI et FRANCE 24 et la TVGE, qu'il était mort de maladie à l'hôpital (voir photo de la personne torturée ci-dessous).
Images intégrées 5

Pour tous ces crimes cités, la Coalition CORED demande la libération immédiate de tous les prisonniers politiques détenus en Guinée équatoriale.

CE REGIME BAIGNE DANS LE SANG, LA CORRUPTION ET LE MENSONGE... Il doit être dénoncé devant la Communauté internationale et le Conseil de Sécurité de l’ONU, qui doit pouvoir lancer une Commission d'enquête et s'autosaisir  pour s’informer sur ce qui se passe réellement en République de Guinée équatoriale sur les tortures et crimes qui ont été commis et dénoncés, afin de juger les donneurs d’ordre et les individus ayant commis un génocide des opposants qui sont, de fait et de droit, des crimes contre l'Humanité : le fait pour le dictateur d'avoir vu son pays nommé au Conseil de Sécurité de l’ONU ne saurait lui donner une immunité en la matière, mais bien au contraire, l'Organisation des Nations unies doit encourager les membres de ce Conseil à s’autosaisir de cette affaire de crimes contre l'Humanité, car la présence de l’auteur de ces crimes barbares au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU déshonore cette Institution tant que le dictateur y sera présent.

Le résultat des dernières élections, qui ont permis au dictateur Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO d’obtenir 99% des sièges et de mettre le seul député de l'opposition en prison, démontrent que la dictature est à bout de souffle et, devant l’impossibilité d’obtenir la tenue d’une Table ronde, maintes fois demandée, tous ces travers (tortures, assassinats, enlèvements, disparitions, tricheries, clientélisme, corruption et tyrannie) ont donné lieu à la création de la Coalition CORED en 2013, qui demande le départ du pouvoir du dictateur Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, afin de mettre en place un Gouvernement démocratique de transition avec l’opposition sur place ou ce qu’il en reste depuis l’épuration qui est en cours en Guinée équatoriale et ceux qui viennent de partir en exil rejoindre la Coalition CORED.

Ce Gouvernement transitoire permettra d’organiser des élections libres, transparentes et démocratiques, avec des observateurs nationaux et internationaux, pour que tous les Équato-guinéens, qui sont dans le pays mais aussi à l’étranger, puissent participer librement et sereinement aux élections, sans peur des représailles ou menaces de tortures, d’emprisonnement ou de confiscation de leurs biens... Les différents décrets d’Amnistie, signés par le Président actuel, ayant servi jusqu'à ce jour de prétexte pour faire revenir les opposants et les exterminer.

Compte tenu de ces faits particulièrement graves, la coalition CORED demande à l’ONU de déclencher d’urgence, la mise en œuvre d’une commission d’enquête internationale pour se rendre sur place, car chaque jour des opposants équato-guinéens sont torturés et assassinés afin de rendre compte à la communauté internationale de ses observations sur la pratique de la torture et des assassinats commis par le régime équato-guinéen qui est actuellement au pouvoir.

La COALITION DE L'OPPOSITION POUR LA RESTAURATION D'UN ETAT DÉMOCRATIQUE - CORED, en tant qu'Organisation intégrée dans le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC NGO Branch), a saisi par courrier adressé le 16 janvier 2018, le Secrétaire général de l'ONU sur la situation en guinée-équatoriale, la précédente visite d'un émissaire de l'ONU début janvier 2018 ayant été une simple visite de courtoisie auprès du chef de l'état équato-guinéen sans la moindre rencontre avec l'opposition ou la visite des lieux de détention.

 
 
//////////////////////////////// 
ARTICLE PUBLIÉ SUR LE SITE DU GOUVERNEMENT ÉQUATO GUINÉEN

La Guinée équatoriale a assumé la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies La République de Guinée équatoriale, qui est devenu membre de l'organisation des Nations unies le 12 novembre 1968, continue à obtenir des grands succès parallèlement à la célébration récente du cinquantième anniversaire de son indépendance.

02/02/2019

Une fois la période de la présidence de la République dominicaine expiré fin janvier, devant le plus grand forum mondial de la diplomatie mondiale, le représentant permanent de ce pays-là, Francisco A. Cortorreal, a remis le bâton de commandement, le 1er février dans l'après-midi, au représentant permanent de la République de Guinée équatoriale auprès des Nations unies, Anatolio Ndong Mba, en présence d'autres États membres du Conseil.

Tout le personnel diplomatique de la mission permanente de la Guinée équatoriale a assisté à cet événement symbolique qui s'est déroulé dans la salle des débats de cet organe de décisions. Ils n'ont pas voulu rater cet événement remarquable qui entrera dans l'histoire aussi bien des Nations unies que de notre pays.

Après s'être félicité mutuellement pour les réussites obtenues au Conseil de sécurité, les ambassadeurs ont souhaité du succès à la Guinée équatoriale et ont réitéré la grande capacité que caractérise notre pays en ce qui concerne l'organisation d'événements à caractère international.

Leer más

LAS CONTRADICCIONES DE OBIANG NGUEMA.

25 Enero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

 

El delito de blanqueo de capitales se produce por, entre otros, el blanqueo de dinero o capital o incluso rentas (también conocido en algunos países como lavado de capitales, lavado de activos, blanqueo de dinero o blanqueo de capitales) como el proceso a través del cual es encubierto el origen de los fondos generados mediante el ejercicio de algunas actividades ilegales o criminales (tráfico de drogas o estupefacientes, contrabando de armas, corrupción, desfalco, fraude fiscal, crímenes de guante blanco, malversación pública, extorsión, trabajo ilegal y últimamente terrorismo), se trata de la no declaración legal del dinero en cuentas bancarias en paraísos fiscales, con la finalidad, entre otros de no efectuar declaración a impuestos sobre ganancias o bien que las finanzas de una empresa o de un particular queden opacas a la Hacienda correspondiente.

la definición que hemos hecho mas arriba, corresponde a las actividades que en estos últimos cinco años ha estado realizando el vicepresidente de su padre Teodoro Nguema Obiang Mangue, a parte de todos los demás miembros de la familia de Obiang Nguema. Varios escándalos monumental se han producido en España, por ejemplo el caso del comisario de policía del aeropuerto de Barajas quien colaboró con hijos y sobrinos del presidente de Guinea Ecuatorial para introducir maletas de euros ilegalmente en España. Nuestra pregunta a al fiscal general del estado guineano es ¿cómo se llama dicha actividad?.

El 17 de diciembre de 2018, la policía brasileña detenía al presidente de su padre Teodoro Nguema Obiang con una maleta llena de dolares, el caso sigue allí y se ha descubierto más escándalos de blanqueos de capitales y delitos relacionados con el crimen organizado. ¿porqué el Fiscal General del Estado guineano no se ha dignado a investigar a Teodoro Nguema Obiang?. Con estos dos ejemplos podríamos llenar tomos contando el historial delictivo de la familia Obiang Nguema Mbasogo y que la justicia guineana esté incapacitada de llevar a cabo su acción. El historial delictivo de Teodorín es tan rocambolezco que arrastra al fiscal general de Guinea Ecuatorial como encubridor.

https://www.defensa.com/homeland-security/teodorin-obiang-detenido-aeropuerto-brasileno-viracopos-casi-17

Estamos viviendo una cadena de contradicciones entorno a la providencia del fiscal general del estado de Guinea Ecuatorial, en el sentido de que los señores que parecen en la lista que han emitido para su búsqueda y captura, muchos de ellos se encuentran detenidos y le han hecho desaparecer, nos tememos que el régimen podría encubrir un crimen de grandes dimensiones al ordenar la busca y captura internacional de esos guineanos, nos consta que fueron en su día detenidos y disponemos de audios que fueron grabados por los torturadores mientras les arrancaban las confesiones a base de tormentos, se extraña que la justicia guineana ordene una busca y captura queriendo aparentar desconocer el paradero de estos ciudadanos guineanos.

Sobre el reglamento de la CEMAC.

La política de la CEMAC incluye un plan para eliminar impuestos de aduanas entre los Estados miembros y establecer un arancel común; consolidar el libre movimiento de bienes, servicios y personas; mejorar la industria, el transporte y las comunicaciones, la unión de los bancos comerciales y la creación de un fondo de desarrollo.

la dictadura oprobiosa de Obiang Nguema Mbasogo,solo recurre al reglamento de la CEMAC cuando quiere matar, cuando quiere beber sangre y nunca para implementar o poner en practica al reglamento de la Comunidad. ¿cuantos cameruneses, chadianos y demás ciudadanos de la sub-región de África Central se expulsa a diario en Guinea Ecuatorial?, contraviniendo el reglamento y demás normativas de la CEMAC. ¿ porqué no se suprime los aranceles aduaneros de productos procedentes de países de la CEMAC?.

Señor Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, sal de éste molde de la era soviética que se encuentra congelado, los momentos han cambiado, VÁYASE y déjenos en paz, que todo el mundo ya sabe lo que pretendes y no se lo pondremos fácil. Nos podrás asesinar como hiciste con CONA, ENDANG, ABESO MONDUHU, MOTUHU MAMIAGA y muchos otros, pero aquí estamos, otros volverán a florecer entre las ruinas para GRITAR LIBERTAD!.

 

 

Leer más

LOS TRES QUEBRANTA ARCAS DEL ESTADO GUINEANO.

21 Enero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

Desde hace 40 años Obiang Nguema Mbasogo gana 44.000 dólares al día
La realidad de las cifras está ahí, denunciado por todos los medios de comunicación a comenzar por Forbes, las cifras están allí: con una fortuna personal de 600 millones de dólares, la relación diaria está ahí, y no sirve para los hinchas incondicionales del Dictador Obiang Nguema Mbasogo de negarlo
Abogado vitalicio de la presidencia de la República de Guinea Ecuatorial, asegurado por los fraudes en las elecciones, el clientelismo y la violación de la Constitución, el dictador Obiang Nguema Mbasogo está en el hit parade en todos los ámbitos. Se dijo que " con Obiang, la riqueza del país es esencialmente un cajero automático personal presidencial."

Volvamos ahora lo que escribía Forbes que justamente está en Guinea-Ecuatorial con los representantes de la revista, Andrea Bernaldo de quiros y lisa gordillo de leon, para "preparar el 50 aniversario" y nos enseña que el mandatario a hecho un regreso a Mejor fortuna...:
" para demostrar que un dictador controla los fondos y los utiliza para un beneficio personal y no para el país, el ejemplo se da con el presidente de Guinea Ecuatorial, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo y su gobierno que han depositado hasta 700 millones de dólares estadounidenses en el banco riggs. Una investigación del subcomité del Senado de los Estados Unidos en 2004 criticó a riggs por no haber denunciado el blanqueo de dinero potencial en las cuentas de Guinea Ecuatorial. También describió ejemplos de cómo riggs permitió a Obiang hacer depósitos en efectivo y retiros de cuentas que controlaba personalmente. Riggs, que fue adquirido por pnc el año pasado aceptó pagar una multa de 16 millones de dólares por no haber denunciado estas transacciones y otras transacciones sospechosas ".

El Presidente lo controla todo? Dice arvind ganesan, un director de human rights watch que estudió cómo el gobierno de Guinea Ecuatorial utilizaba sus ingresos petroleros, para concluir que " bajo Obiang, la riqueza del país es esencialmente un cajero automático presidencial."

Y la enciclopedia wikipedia para concluir: hay pruebas de que Obiang y su familia se han beneficiado de los fondos, o, más generalmente, del auge petrolero de la nación durante una década. Obiang y sus familiares serían propietarios de varias empresas privadas en Guinea Ecuatorial, cuyo pib se estima en 8 millones de dólares, entre ellos una empresa inmobiliaria / de construcción, un grupo forestal y una sociedad de seguridad, controlada por su hermano. Él y su familia inmediata han poseído recientemente dos casas de millones de dólares en Maryland. El hijo del presidente habría pagado $ 700.000 por el alquiler de  Paul Allen  el Co-Fundador  su yate, selva.

600 millones de dólares acumulados por Obiang desde su llegada al poder,
Esto corresponde a una ganancia de 15.000.000 dólares al año,
1.300.000 dólares al mes,
44.000 dólares al día.

Las cifras son tercos; 44.000 euros de salario por día de trabajo para el dictador que reina en una población de la que el 70 % vive por debajo del umbral de pobreza y el 42 % de los niños no asisten a la escuela, la escuela No es gratis.
Una vez más lo decimos y lo repetimos: este escándalo debe cesar, el dictador Obiang Nguema Mbasogo, que abusa de la confianza que le había hecho el pueblo para dirigir el país debe cesar...
La justicia debe hacer su trabajo-y por eso el presidente Obiang les ha pedido que luchen contra la corrupción, excepto contra la suya y la de su familia y de su clan.
Sólo un régimen democrático permitirá poner fin a la corrupción sin control de una familia que reina sin compartir,  con un falso multipartidismo desde hace 40 años y más.

Leer más

LA JUSTICIA EN GUINEA ECUATORIAL.

21 Enero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

El Presidente inaugura el año judicial, el  Excmo. Sr. Obiang Nguema Mbasogo, en su calidad de primer magistrado de la nación y presidente del consejo superior del poder judicial, presidió el 15 de enero el acontecimiento solemne de apertura del Año Judicial, en el palacio de conferencias internacionales de sipopo.
Mientras que los ciudadanos toman la justicia por sus propias manos en plena calle demostrando así que la justicia oficial ya no funciona desde hace mucho tiempo y que el pueblo ya no confía en ella.
Cuando se sabe que el hijo Obiang Nguema fue condenado en USA, en Francia y pillado con la mano en la masa en Brasil, Suiza, etc... se plantea la cuestión de saber.... ¿ que hace la justicia en Guinea Ecuatorial ?.
Mientras que los jueces  por el poder mueren en la cárcel... de ataque al corazón (sic).  el  discurso de Obiang Nguema en éste acto, está firmemente a controlar los resortes del poder y contrario a las preocupaciones de la población.

El Presidente del consejo superior del poder judicial dijo lo siguiente en el acto, acerca de la proliferación de la delincuencia y de los asesinatos en nuestro país, una situación que suscita la preocupación extrema de los habitantes y del gobierno. Por lo tanto, en los casos probados de asesinato, se deben aplicar las penas y las condenas. Además, para una mayor transparencia, el presidente de la República ha apostado por los procesos judiciales públicos, a fin de demostrar al pueblo las penas aplicadas a los delincuentes y a los corruptos.
Increíble, apostar por los procesos judiciales públicos para una mayor transparencia... es reconocer que hoy se juzga tortura, viola, asesinan a escondidas.

Lo más gracioso es que el jefe del estado dice que " si el poder judicial en cualquier estado de derecho (Guinea Ecuatorial no es, lamentablemente, un estado de derecho), un mal funcionamiento del poder judicial no sólo pone en peligro La paz y la estabilidad del país, pero también hay consecuencias negativas en el desarrollo político, económico, social y cultural del país ".

Recordemos que Obiang pudo destituir a la justicia del país por un simple decreto:

Después de la disolución total del poder judicial, la recuperación en manos de la justicia en Guinea Ecuatorial del clan Obiang... está orquestada por el nombramiento en el cargo de fiscal general de la República a David Nguema Obiang,.. Un nombre que no nos es desconocido- cuando recordamos que éste sujeto fué uno de los cerebros  en el montaje de la información falsa según la cual CPDS y la oposición en el exilio habría querido introducir el virus de ébola en nuestro propio pais,  un fiscal que se convirtió en un juez instructor en los sucesos de Akonibe,  tampoco se ha inmutado para investigar el asesinato de un opositor procedente del exilio y que se ha encontró asesinado dos semanas después de su llegada en el país, cuando fue invitado a regresar por la primera dama. Bonifacio Nguema Esono Nchama.  Una historia que hace pensar en el retorno a Guineam Ecuatorial del primer embajador de Guinea Ecuatorial en Francia, asesinado después de su regreso al país para Crear un partido político que debía  lealtad al presidente. Se podía pensar que la justicia haría su trabajo para conocer el nombre de los asesinos que no debe ser difícil encontrar cuando se sabe a quién se beneficia el crimen. Y recordamos que la justicia en nuestro pais ha dejado de tener funcion, mientras asuntos de laborles o de terrenos son llevados al parlamento nacional.

 

Leer más

Publicado desde Overblog

17 Enero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

DROIT DE RÉPONSE AU DISCOURS DE L'AMBASSADEUR EN FRANCE DU PRÉSIDENT OBIANG
DROIT DE RÉPONSE AUX AFFIRMATIONS ET AU DISCOURS PRONONCÉ À PARIS LORS DE LA COMMÉMORATION DU 50ème ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE QUI A EU LIEU LE 12 OCTOBRE 1968 ET QUI A ÉTÉ CÉLÉBRÉE PAR L’AMBASSADEUR DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE EN FRANCE LE 1er DÉCEMBRE 2018.

Il n'est pas possible de laisser dire sans réaction ce qui a pu être dit et prononcé lors d'un discours fait par l'Ambassadeur en France de la République de Guinée équatoriale, sans réagir au nom des 250.000 personnes qui ont quitté la guinée équatoriale en laissant le champ libre à un pouvoir sans le moindre partage avec une réelle opposition, raison pour laquelle pour la clarté des explications, le discours est repris point par point pour relever les contre vérités qui ont été dites, mais qui ne tromperont pas les esprits avisés.

Pour une meilleure lisibilité, le discours de l'Ambassadeur est en italique et notre réponse suit et est donnée point par point

L'ambassadeur : Chers amies et amis de la Guinée Equatoriale,

On s’étonne que dans ce discours qui selon le site internet dévoué à l’Ambassade (LAOTRAVOZ) qui nous annonce lors de cette cérémonie une multitude des représentants des organismes internationaux, il n’y ait aucun ambassadeur ou diplomate ou personnalité particulière à citer au début du discours.

Je vous remercie d'honorer de votre présence cette célébration du 50è anniversaire de l'Indépendance de mon pays, la République de Guinée Equatoriale. Notre Indépendance a été proclamée le 12 octobre 1968. 
Avec cette commémoration, nous autres, Equato-Guinéens, réaffirmons les valeurs d'unité, de paix et de justice qui ont guidé les leaders et martyrs de cette noble cause. Et qui, cinquante ans plus tard, demeurent des valeurs phares de la Nation.

Oui, effectivement au titre des martyrs on peut citer la liste des 310 personnes qui ont été assassinées par le régime actuel pour lui permettre de se maintenir au pouvoir depuis un demi siècle avec un pouvoir sans partage avec un faux multipartisme et pour laquelle il est inutile de prétendre que les cadavres n'existent pas, les familles des défunts qui sont derrière nous en tant que partie civile savent exactement ce qui s'est passé.


Cinquante ans, à l'échelle humaine, ce sont des noces d'or. Cinquante ans à l'échelle d'un Etat, cela permet de mesurer le chemin parcouru.

En ce soir de fête qui nous unit, je souhaite partager avec vous ce cheminement.

Tout a commencé en 1471 quand l'explorateur portugais Fernao do Poo (Fernão do Pó) a découvert ce qui allait devenir l'île de Bioko où se situe aujourd'hui notre capitale, Malabo.

Cette île est restée sous contrôle portugais jusqu'en 1778, date à laquelle elle a été cédée aux Espagnols. 
La partie continentale du pays, située à cheval entre le Cameroun et le Gabon, est, elle, passée sous domination espagnole en 1900.Cette colonisation a durée 200 ans, deux siècles, qui nous ont laissé comme principal héritage la langue et la culture espagnoles. Nous sommes le seul pays hispanophone d'Afrique, ce qui nous confère indéniablement une identité particulière.


Malgré les martyrs, notre processus de décolonisation a été plutôt pacifique.

Parce qu'il a découlé d'une négociation avec l'Espagne, sous l'impulsion du Comité de décolonisation des Nations Unies. Et non d'un conflit.

Mais malgré cette exemplarité dans la séparation, le pays s'est trouvé bien démuni au lendemain de son Indépendance. L'Espagne avait certes renoncé à sa tutelle mais elle nous a abandonné du jour au lendemain, sans ressources humaines ni infrastructures pour nous permettre de voler de nos propres ailes.


Ce n'était pas là le seul drame qui nous attendait. Francisco Macias a été librement élu Président de la République en septembre 1968 et le pouvoir lui a été transféré par les Espagnols le 12 octobre de la même année. 
A peine cinq mois plus tard, le 5 mars 1969, le ministre des Affaires étrangères de Francisco Macias, qui s'appelait Atanacio Ndong Miyone a fomenté une tentative de coup d'Etat. Il était soutenu par des intérêts coloniaux espagnols. Ces événements tragiques ont précipité mon pays dans une dictature qui a duré onze longues années... de ténèbres.


Mesdames et messieurs, mes amis,

C'est avec une émotion certaine que j'aborde cette phase sombre et mortifère de l'Histoire de mon pays. 
Francisco Macias a en effet instauré un régime sanglant qui a coûté la vie à nombre de mes concitoyens. Il a interdit les partis politiques, à l'exception du sien, a emprisonné et fait exécuter des centaines de dissidents. Il a aussi arrêté ou expulsé les enseignants et les prêtres qu'ils soient espagnols ou équato-Guinéens. Cela a entraîné la fermeture des écoles et des églises. Les Equato-Guinéens ont fui par milliers.

Aujourd’hui, cette situation a perduré, il est vrai que l’actuel président OBIANG NGUEMA MBASOGO (né en 1942) a été dès les premiers jours de l’élection de son oncle Francisco MACIAS appelé à le suivre - alors qu’il n’avait que 26 ans au moment de l’arrivée de son oncle à la magistrature suprême - à travers différentes fonctions.

Cinq ans avant l’arrivée de l’indépendance, OBIANG NGUEMA MBASOGO intègre en 1963 les cadets de la garde territoriale puis, la même année, l'Académie générale militaire de Saragosse (Espagne) et se spécialise dans la conduite de véhicules militaires. Il commence sa carrière militaire en 1965 dans la garde territoriale de Guinée équatoriale à Mikomeseng et a été nommé ensuite responsable de la prison de BLACK BEACH et c’est à cette époque que OBIANG NGUEMA MBASOGO (ONM), qui était un modeste responsable de cette prison, a assis son pouvoir face aux prisonniers en les faisant dévorer sur un simple ordre donné au Sergent ONDO ELA et répercuté au chien "COPÉ" qui accomplissait,  à la manière des crocodiles de Amin DADA, cette sale besogne.

En 1969, son oncle, Francisco MACIAS NGUEMA est élu président de la République. Celui-ci lui offre le poste de commandant de l'armée et des régions militaires de la capitale. L'année suivante, toujours par son oncle, il est promu au ministère de la Défense en tant que directeur général de l'approvisionnement et de la planification.

En 1975, il prend la tête des forces armées puis est nommé vice-ministre des Forces armées populaires en 1979.

La même année, il renverse son oncle, prend le pouvoir à l’occasion d’un coup d’État qui fera plus de 600 morts enterrés à la hâte dans des fosses communes. Comme président du Conseil militaire suprême, il fait juger et exécuter son oncle Francisco MACIAS NGUEMA par un tribunal militaire qui à l’issue d’un procès expéditif le condamne à la peine capitale sans la moindre possibilité d’appel.

La sentence n’a pas pu être exécutée par des soldats équato-Guinéens, raison pour laquelle le colonel OBIANG NGUEMA MBASOGO a demandé l’aide de la garde marocaine pour procéder à l’exécution funèbre de son oncle. 

TOUT CECI PERMET D’AFFIRMER QU’EN FAIT, LE PRÉSIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO A ETE ASSOCIE AU POUVOIR PAR SON ONCLE DES LE DEBUT DE L’INDEPENDANCE et qu’en fait il a eu l’accès au pouvoir suprême depuis un demi siècle et non pas depuis 39 ans.


Alors, aujourd'hui, quand on juge la Guinée Equatoriale, je voudrais, je vous demande, de vous souvenir d'où nous venons et d'avoir en mémoire la tragédie humaine, politique et économique qui a frappé mon pays. Dans l'indifférence de la communauté internationale.

J'ai coutume de dire que nous sommes venus au monde deux fois : une première fois le 12 octobre 1968 et une seconde fois, le 3 août 1979.

Car Oui, c'est bien le coup d'Etat du 3 août 1979, dirigé par Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, officier supérieur, qui a libéré le pays de la dictature et lui a permis de rejoindre le 20è siècle. Sachez que chez nous, un libérateur ne sera jamais considéré comme un dictateur...

Vous savez, il en a fallu du courage à ce groupe d'officiers, réunis en Conseil militaire, pour déposer le tyran.

Du courage... aussitôt arrivé au pouvoir et décidé à s'y maintenir, c'est avec l'aide de 3.050 militaires marocains, recrutés par OBIANG NGUEMA MBASOGO, que l'on pourrait qualifier aujourd'hui de "mercenaires", qu'il a réussi à asseoir son pouvoir. C'est ainsi que 3.000 d'entre eux furent affectés pour la police et l'armée et 50 pour sa sécurité personnelle

Leurs premières mesures ont été d'urgence : rétablir l'ordre et la loi, et assurer la transition jusqu'à l'élaboration d'une nouvelle Constitution démocratique.

Puis, en 1982, les Equato-Guinéens ont démocratiquement élu le Président Obiang à la magistrature suprême.

En réalité contrairement à ce qui est indiqué par l’Ambassadeur, le 22 août 1982 a eu lieu la proclamation des résultats du référendum sur une nouvelle Constitution avec une majorité de 95,38 % de oui. Par contre OBIANG NGUEMA MBASOGO a été élu président de la République le 12 juin 1989 avec 99,96 % des voix, ce qui est un résultat qui semble trop beau pour être vrai.


Il a aussitôt initié un processus de réconciliation nationale et de développement s'articulant autour d'axes majeurs: l'éducation, les infrastructures, la santé, le développement social ainsi que le volet politique.

En fait, c’est dès le début de cette période que le président OBIANG NGUEMA MBASOGO a commencé à éradiquer l’opposition en créant de multiples partis politiques dévoués à sa cause et qui avaient pour unique objet de se rallier au parti présidentiel dans la dernière ligne droite du vote.

Pour financer tout cela, selon wikipedia, la richesse du président Obiang et de sa famille semble provenir pour une bonne part du trafic international de drogue. Quelques années plus tard, en février 1997, l'International Narcotics Board, dans son rapport officiel, plaça la Guinée équatoriale parmi les neuf narco-États africains. La Dépêche internationale des drogues, publiée par l'observatoire géopolitique des drogues de Paris, publia en août de la même année : « Depuis 1988, plus d'une dizaine de diplomates ou membres de la famille présidentielle ont été arrêtés à cause du trafic des drogues dans différents pays. »


La découverte, miraculeuse, d'importants gisements de pétrole en 1995 a donné le coup d'envoi du décollage économique de la Guinée Equatoriale et rendu cette ambition possible.

En fait on découvre aujourd’hui que le volet infrastructure a permis au Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, président par ailleurs de la société d’État GEPETROL de s’enrichir à titre personnel puisque sa fortune personnelle a été évaluée par FORBES à 600 millions de dollars.


Le volet le plus abouti sont les infrastructures publiques : routes et autoroutes, aéroports, ponts, ports, centrales, logements sociaux, hôpitaux... Pendant deux décennies, la Guinée Equatoriale a été un chantier à ciel ouvert.

Ces infrastructures dont les coûts sont élevés ont permis de découvrir que d’importantes commissions étaient versées « en dessous de table », lesquelles sont réapparues dans l’affaire dite des biens mal acquis et dans différents scandales concernant la découverte de biens immobiliers et mobiliers ainsi que des comptes bancaires à l’étranger.


Contrairement à ce que l'on peut entendre chez nos détracteurs, le volet social a toujours été primordial. Il a fallut bâtir en un temps record un système de santé, un système éducatif incluant des écoles primaires, des écoles secondaires, des universités, des centres de formation professionnelle. La route est longue mais nous avançons. 

Selon Human’s Rignt Watch (rapport 2017), plus de la moitié de la population équato-Guinéenne n’a pas accès à de l’eau potable sûre à proximité, un taux qui reste inchangé depuis 1995. Les taux de vaccination des enfants ont chuté de façon spectaculaire depuis la fin des années 1990 et sont parmi les pires au monde. Par exemple, le taux rapporté pour la vaccination contre la tuberculose chez les nouveau-nés et les nourrissons était de 99 pour cent en 1997, 64 pour cent en 2014 et 35 pour cent en 2015, dernière année pour laquelle des données sont disponibles.

La Banque mondiale estime que 60 pour cent des décès sont le résultat de maladies transmissibles ou de maladies maternelles, prénatales ou liées à la malnutrition, maladies qui sont évitables.

De plus, une enquête auprès des ménages a constaté qu’un enfant sur quatre présente un retard de croissance en raison d’une mauvaise nutrition et que les deux tiers sont anémiques, comme c’est le cas de la moitié des femmes.

Contrairement à ce qui est inscrit dans la Loi Fondamentale, l’instruction n’est pas gratuite et de ce fait une grande partie des enfants ne peut accéder à l’enseignement scolaire, 42 pour cent des enfants en âge d’aller à l’école primaire – soit 46.000 enfants – n’étaient pas scolarisés, le septième plus mauvais taux de scolarisation au monde, essentiellement dépassé par les pays déchirés par la guerre. La moitié des enfants qui commencent l’école primaire ne terminent jamais le cursus, et moins d’un quart de ceux qui continuent accèdent au niveau scolaire intermédiaire. Les scolarisations tardives et les taux de redoublement élevés signifient que les âges dans une classe donnée peuvent varier considérablement. En 2012, seuls 57 pour cent des élèves étaient scolarisés au niveau correspondant à leur âge, un recul de dix points de pourcentage depuis 2000, d’après l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO.

Par ailleurs dans le domaine de la santé, la situation est catastrophique par l’absence de possibilité d’accès aux soins gratuits, ce qui fait qu’une grande partie de la population n’y a pas accès, qui plus est la meilleure illustration de ce déficit sanitaire est vérifié par le fait que tous les dignitaires du régime vont se faire soigner à l’étranger.


Enfin, le volet politique. Le Président Obiang a introduit le multipartisme dès 1992 en reconnaissant l'existence et l'utilité de douze formations politiques. Aujourd'hui, nous comptons une vingtaine de partis politiques et plus de 80 associations de la société civile.

Contrairement à ce qui est indiqué, le vrai multipartisme n’existe pas, il s’agit en fait d’une multitude de partis politiques créé sous l’influence du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO et qui ont pour vocation de se rallier à lui automatiquement dès qu’il y a une élection.


C'est dans ce cadre que nous avons organisé des tables rondes avec toute l'opposition à six reprises ces dernières années.

Ceci est une vue de l’esprit, l’opposition en exil n’a jamais été véritablement conviée, elle a même demandé que pour des raisons de sécurité celles-ci se tiennent à GENÈVE (SUISSE), ce à quoi le Président devant ses militants et en public a prétendu qu’on voulait le faire venir en suisse pour l’assassiner.

Ce qui est l’inverse, car aucune garantie réelle n’a jamais pu être donnée à l’opposition en exil pour venir participer à une véritable table de dialogue, la loi d’amnistie proposée qui est le piège habituel tendu à l’opposition pour venir interpeller ses membres et les mettre en prison n’a pas été prononcée effectivement avant la table ronde, de plus elle devait être assortie de la libération de tous les prisonniers politiques et une force internationale et des observateurs internationaux devaient assurer la garantie et la sécurité des membres de l’opposition qui seraient venus assister à cette table ronde.

Le Dialogue est et restera notre credo.

« Dios mio » comment peut on affirmer une chose pareille au vu de ce qui précède, lorsque l’on sait ce qui se passe, alors que le seul et unique député d’opposition élu a été jeté en prison le lendemain de son élection et qu’il n’a jamais pu siéger au parlement, que son parti a été interdit et dissous et que l'enquête sur un militant que le Président a déclaré comme étant malade à l'hôpital a été torturé à mort et que l'enquête promise par le Président à RFI et à FRANCE 24 lors de son interview télévisée n'a jamais eu lieu.

Qui plus est, les sympathisants qui avaient manifesté leur opposition à cette arrestation arbitraire ont été arrêtés, mis en prison et condamnés à des peines de plus de 40 ans de prison, ce qui était un acte visant à leur faire comprendre qu’ils seraient libérés le jour ou OBIANG NGUEMA MBASOGO ne serait plus de ce monde.


Aujourd'hui, comme tout un chacun peut le constater, la Guinée Equatoriale est un pays politiquement stable où la paix sociale règne.

Effectivement si l’on jette en prison le moindre opposant, et que l’on va même dénicher à l’intérieur du parti présidentiel des militants dont on découvre que certains sont juges ou militaires et qu’ils sont conduits en prison en raison de leurs idées, on peut parler de politique stable en matière de dictature.

En ce qui concerne la paix sociale, on assiste à des scènes de rues qui sont filmées par les équato-guinéens montrant la population en train de se faire justice elle-même en provoquant de graves blessures à des délinquants dont le principal tort est celui de commettre des délits pour pouvoir vivre, faute d’emploi ou de possibilité de trouver une aide sociale.

C'est pour cette raison qu'il n'y a pas d'Equato-Guinéens parmi les migrants qui tentent, au péril de leur vie, de rejoindre l'Europe.

Erreur, on trouve des demandeurs d’asile politique en ESPAGNE et même en FRANCE, l’Ambassadeur ne peut pas l’ignorer et nous en tenons la liste et nous les assistons chaque fois que cela est possible, comme on ne peut pas ignorer que plus de 250.000 équato-Guinéens ont fuit le régime pour ne pas se faire assassiner comme les 310 opposants qui ont osé barré la route au président OBIANG NGUEMA MBASOGO pour se maintenir au pouvoir.

Un exemple actuel, n’en déplaise à Monsieur l’Ambassadeur aveugle sur ce qui se passe dans son pays : nous pouvons affirmer preuves en mains que ce n'est pas exact et mensonger car, à titre d'exemple au passage, un médecin et une sage femme qui auraient du rester en Guinée équatoriale ou le système de santé est particulièrement insuffisant et défaillant, ayant appris leur arrestation prochaine ont été obligés de quitter dans la précipitation le pays pour venir se réfugier en France, pour ne pas se faire arrêter, emprisonner, torturer et assassiner comme tous ceux qui sont morts ou disparus pour avoir osé s’ opposer au régime en voulant barrer la route au dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO.

Ce couple avec enfants qui a du tout abandonner en guinée-équatoriale dans l'urgence, a rejoint les 250.000 personnes qui ont fuit le régime pour ne pas se faire assassiner et sont venus en France demander le statut de réfugié politique.


Nous réaffirmons, et j'insiste sur ce point, notre volonté d'avancer sur les questions des libertés et des droits de l'homme. Notre marge de progrès demeure réelle. Nous le savons. Mais nous n'avons pas besoin de bonnes consciences pour nous le rappeler 

Effectivement, être parmi les bons derniers de la planète en matière de liberté de la presse ou les 2 chaînes de télévision ne parlent que du président et de ses bienfaits au point que l’on entend le nom d’OBIANG comme la sonnerie régulière d’une pendule qui martèle le rythme de vie de la population. Dernièrement encore, l’Ambassadeur a affirmé avoir donné 500.000 euros à un organe de presse en FRANCE pour encenser le mandataire équato-guinéen, à moins que ce soit pour passer sous silence ce qui se passe réellement en guinée-équatoriale.

Donner un demi million d’euros à un seul organe de presse en dit long sur la capacité de ce gouvernement représenté par l’ambassadeur en FRANCE pour tenter « d’acheter la presse » par des contrats faramineux.

Malgré ces compromissions, la Guinée-équatoriale apparait :

  • à la 171e place dans le classement mondial de la liberté de la presse 2017
  • au 138e rang sur 188 pays pour l'indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), une mesure du développement économique et social. Son score est similaire à celui du Ghana et de la Zambie, malgré un revenu par habitant qui est plus de cinq fois supérieur


Aujourd'hui, il n'y a plus de détenus politiques en Guinée Equatoriale. En effet, nous avons amnistié ou gracié toutes les personnes qui avaient été condamnées pour des raisons politiques ainsi que tous les détenus de droit commun ayant ou ayant eu des activités politiques...

Les vrais détenus politiques sont en prison


Donc, aujourd'hui, personne ne peut se prévaloir d'être en exil politique à l'étranger... si ce n'est de son plein gré.

Malgré le fait que l’Ambassadeur insiste sur ce point, nous lui apportons à nouveau la contradiction sur ce point très précis, le couple de médecin et de la sage-femme évoqué plus haut en est un, mis en cause par le simple fait que des membres de leur famille auraient été impliqués dans le soi-disant nième coup d’état qui a servi de prétexte à désigner comme coupables des membres de la famille présidentielle ainsi que le fils du ministre de l’intérieur, d’emprisonner un ambassadeur, des membres du parti présidentiel, des magistrats, des militaires, et bon nombre d’innocents qui ont servi de prétexte à une épuration politique indiscutable.

Il faut une dose supérieure de mauvaise foi pour oser affirmer que personne ne peut se prévaloir d’être en exil politique à l’étranger. Non seulement il y a un nombre très important de réfugiés politiques qui sont membres des 20 partis politiques et associations en exil regroupés au sein de la COALITION CORED, mais le régime équato-guinéen lance des opérations d’assassinats des opposants comme on a pu le voir en ESPAGNE, au ROYAUME UNI et ailleurs, et récemment encore, par le kidnapping d’un opposant réfugié en ESPAGNE et l’autre en ITALIE qui ont été attirés dans un piège pour faire en sorte qu'ils ne puissent pas faire partie des parties civiles dans le procès qui va avoir lieu devant la Cour d'appel de Paris pour l'affaire des biens mal acquis.

Oui, il s’agit donc de véritables opérations de séquestrations sur un territoire étranger (le TOGO) pour procéder à l’enlèvement de 2 personnalités membres de la CORED qui devaient témoigner devant la Cour d’Appel de PARIS dans l’affaire des biens mal acquis contre le fils OBIANG, lesquels sont maintenant détenus et torturés à la prison de BLACK BEACH à MALABO (Guinée équatoriale).

Tout ceci, en violation de tous les accords internationaux et notamment de la Convention de l'ONU du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, dite Convention de Genève ce qui n'est pas digne d'un État qui siège au Conseil de sécurité de l'ONU qui ne peut ignorer les textes et conventions de cette Organisation internationale qui a protégé le statut des réfugiés par cette convention adoptée le 28 juillet 1951 par une conférence de plénipotentiaire sur le statut des réfugiés et des apatrides convoquée par l'Organisation des Nations Unies, en application de la résolution 429 (V) de l'Assemblée générale en date du 14 décembre 1950, complétée en 1967 par le Protocole relatif au statut des réfugiés


Là encore, je demande que l'on juge aussi la Guinée Equatoriale sur ses acquis et ses progrès et pas seulement sur son passé

A ce sujet, le rapport : « Une manne du ciel ? » documente comment, du fait de la corruption, les dépenses du gouvernement ont été détournées des investissements indispensables dans la santé et l’éducation publiques au profit de grands projets d’infrastructures. S’appuyant sur plus d’une décennie de documents budgétaires confidentiels et sur les rapports d’institutions financières internationales, ce rapport montre que le gouvernement équato-Guinéen a largement négligé les services de santé et d’éducation en violation de ses obligations en matière de droits humains. Au lieu de cela, le gouvernement a dilapidé la majeure partie des richesses pétrolières du pays dans des projets d’infrastructures à grande échelle, dont bon nombre présente une utilité sociale contestable et risque d’ouvrir la porte à la corruption. Le Fonds monétaire international a estimé que ces projets d’infrastructures coûteraient la moitié du budget national en 2016. Human Rights Watch a recueilli des preuves indiquant que de hauts responsables du gouvernement ont des intérêts dans des sociétés qui obtiennent des marchés de construction publics, y compris le président et sa famille.


Au sujet de notre politique extérieure, la Guinée Equatoriale a su développer une diplomatie active qui est aujourd'hui reconnue en Afrique.

S’il s’agit de remercier des États complices capables de participer à des opérations de kidnapping et de séquestrations d’opposants, on ne peut que regretter que cette diplomatie active serve à permettre à la dictateur de continuer ses exactions.


A l'Indépendance, nous étions isolés au milieu des pays francophones d'Afrique Centrale. C'est devenu le chantier majeur de notre diplomatie : nous intégrer à ce bloc.

Dans les faits, cela s'est traduit par l'adoption du franc CFA en 1985, par le rattachement à la Francophonie en 1989 et par l'adoption du français comme deuxième langue officielle.

Langue officielle que le président actuel essaye de renier en se tournant d’ailleurs vers les organisation lusophones. En ce qui concerne le franc CFA qui a servi initialement au développement du pays on sait ce que le président actuel en pense par ses déclarations publiques lors de la CEMAC.


Depuis, la Guinée Equatoriale a étendu son rayon d'action diplomatique. A la CEMAC et à son rôle au sein de l'Union Africaine bien sûr.

Plus globalement, mon pays se veut l'ardent promoteur d'une coopération Sud-Sud.


Nous avons également créé le Prix international Unesco-Guinée Equatoriale. Il prime, tous les deux ans, des scientifiques contribuant à améliorer la qualité de la vie. Ainsi qu'un fond fiduciaire de 30 millions de dollars au sein de la FAO pour la sécurité alimentaire en Afrique.

La CORED a suffisamment posé de questions restées sans réponse sur l’origine du financement de ce prix issu d’une Fondation portant le nom du président et qui a fait l’objet d’un règlement initial par chèque bancaire d’un montant de 3 millions de dollars émis par une banque étrangère sur un compte également étranger d’origine douteuse au lieu du règlement par la Fondation ou le Trésor Public.


Enfin, nous débloquons régulièrement des budgets d'urgence pour les pays africains en situation de crise ou de catastrophe naturelle.

L’urgence c’est surtout ce qui se passe dans le pays ou 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.


Bien sûr, mondialisation oblige, nous avons noué des relations de partenariat avec d'autres pays tels que les Etats-Unis, la Chine, l'Inde, la Turquie, la Corée du Sud, le Brésil ou les pays du Golfe Persique. 
Vous l'aurez compris, en filigrane, je veux en venir aux relations entre la Guinée Equatoriale et la France. Soyons honnêtes, elles ne sont pas ce que nous aimerions qu'elles soient. Ni ce qu'elles ont été dans le passé. A cette chère amie, la France, je dis aujourd'hui que nous comptons sur elle plus qu’hier car il est rare une amitié qui dure. Et que l'amitié appelle un dialogue franc et transparent.

Si cela était vrai, il y a longtemps que l’affaire de l’immeuble de l’avenue FOCH serait close, faut-il rappeler que cette affaire avait été montée de toutes pièces pour permettre au fils OBIANG de bénéficier d’une immunité diplomatique qu’il n’avait pas en raison de son poste de ministre devenu vice-président et qui lui avait été refusée précédemment par le service du Protocole de l’UNESCO, pour sa demande d’accréditation en tant que responsable de la Délégation permanente de la Guinée équatoriale auprès de cette Organisation.

Qui plus est, le transfert de l’Ambassade du boulevard de COURCELLES à l’avenue FOCH a été effectué manu militari par l’Ambassadeur de l’époque sans l’accord préalable du Quai d’Orsay et qui plus est, aujourd’hui l’Ambassade est installée dans l’attente de la décision de la Cour de Justice de LA HAYE, dans un immeuble saisi par la justice française dans le cadre de l’affaire dite des biens mal acquis...

Voilà comment on souhaite un dialogue franc et transparent.

Mais c'est avec dépit et tristesse que j'observe que ces relations jadis fructueuses sont en berne, plombées semble-t-il par des dossiers judiciaires et les intrigues d'obscurs intérêts.

L’intérêt est celui de la Justice, et si celle-ci existait en Guinée-équatoriale, les coupables auraient été condamnés sur place sans que la justice internationale s’en mêle comme ce fut le cas aux USA ou en FRANCE et maintenant en SUISSE, en ESPAGNE et au BRÉSIL.


Je ne puis me résoudre à ce que nos chemins se séparent ni à cet éloignement qui est devenu le nôtre. Donc une nouvelle fois, sur instruction du Président Obiang, la Guinée Equatoriale en ce soir de fête tend la main à son partenaire, à son amie, la France.

Cette main tendue, la COALITION CORED l’a tendue aussi au président actuel, mais ce fut à chaque fois un piège visant à éradiquer l’opposition en exil par des actions souterraines et non en mettant en place un véritable dialogue.


Normalisons nos relations. Rétablissons ensemble un climat de confiance ; construisons un avenir reposant sur les intérêts communs et les bénéfices mutuels.

L’intérêt pour la République de Guinée-équatoriale serait que tous les opposants en exil puissent revenir pour participer au développement économique du pays en lui faisant bénéficier de leurs connaissances, de leurs relations commerciales, car seul un véritable régime démocratique débarrassé de la corruption permettra le retour des investisseurs nécessaires à la reprise économique du pays.


Parlons-nous en toute franchise !

C’est ce que l’opposition en exil qui regroupe 20 partis politiques et associations en exil tente sans succès depuis bien longtemps, mais que chaque jour les propos tenus par l’Ambassadeur et son équipe de militants aveugles sur l’avenir du pays prolongent par des accusations mensongères qui ne résistent pas à la réalité des faits. La franchise est le gage de la réalité.


Mesdames et Messieurs, je vous remercie pour votre attention.

Comme vous pouvez vous en rendre compte, il n'était pas possible de laisser dire ce qui a été dit sans y apporter quelques corrections nécessaires à ces éléments de langage qui ne reflètent pas la réalité,. Sous des aspects bienveillants se cache une réalité cruelle qui a fait fuir non seulement les opposants, mais aussi les investisseurs qui sont encore mieux informés sur ce qui se passe en guinée équatoriale, par les témoignages de ceux qui ont tout perdu, raisons pour lesquelles l'opposition en exil attend un réel changement démocratique dans ce pays dont 80 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté

Leer más

CORED RESPONDE A LOS BUENOS DESEOS DEL EMBAJADOR DE GUINEA ECUATORIAL EN FRANCIA.

16 Enero 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

En su mensaje de felicitación dirigido en particular a los guineoecuatorianos miembros de la oposición en el exilio, el embajador parece sorprendido por la violencia de los debates y los argumentos difundidos en las redes sociales durante las Fiestas,  mientras hablaba sobre amenazas de muerte, el espionaje.

La denuncia de tales hechos es particularmente asombrosa, debido al hecho de que son precisamente los hechos que se atribuyen no a la oposición en el exilio sino a Su Excelencia el Embajador y por lo que respondemos punto por punto.

sobre las amenazas de muerte, no se ha encontrado nada en la prensa sobre esto con respecto al embajador; al contrario de lo que dice, no es solo las amenazas que recibe CORED, sino que es cierto que el sitio LAOTRAVOZ que actúa bajo la autoridad de la Embajada solo ha difundido información inexacta que puede ser descrita como falsa, pero también mensajes de odio, con designaciones caprichosas en términos de hechos  en contra la oposición en el exilio, negar el ataque en Londres al presidente de la CORED es un hecho indiscutible que se encuentra actualmente bajo investigación de Scotland Yard por el cual los patrocinadores no lo hacen. Sin duda debido al adagio "quién se beneficia con el crimen", especialmente porque este ataque criminal fue perpetrado el día después de la sentencia dictada por el Tribunal Penal de París que condenó al presidente OBIANG NGUEMA MBASOBO, a pagar la suma de 5,000 euros al Presidente de CORED, luego de la demanda por difamación presentada ante este tribunal por el representante ecuatoguineano que se oponía al hecho de que los hechos se basaban en datos fácticos publicados en la prensa.

Lo que es sorprendente es que la prensa de la Embajada negó los hechos incluso antes de que fueran revelados por los medios de comunicación.

Otros ataques han sido perpetrados en MADRID, lo recientemente ha sido un equipo de gentes del régimen que se instaló en Madrid, fue desenmascarado y ahora controlado por la policía española antes de que sus amenazas frustradas se pudiesen en ejecución. A esto se suma el hecho de que en otros tiempos no lejanos un miembro de la oposición fue apuñalado en su casa y que, por error, los patrocinadores apuñalaron a su hermano.

Sobre el espionaje: el hecho de que el Embajador habla en voz alta en un avión y que sus comentarios no discrecionales sean recogidos por los pasajeros y luego informados y denunciados debido a su contenido, no es una cuestión de espionaje, sino de falta de discreción de la persona que estaba haciendo comentarios exuberantes que no escaparon a su entorno.

En cuanto al espionaje, el Embajador parece olvidar que en su sitio web LAOTRAVOZ, se publicó un correo electrónico formal enviado por el Embajador de Francia en MALABO, que fue interceptado por espionaje a un diplomático,  en el cual el diplomático mencionó las dificultades encontradas por los líderes empresariales. Cambios fiscales franceses, alemanes y estadounidenses basados ​​en ningún texto legal y que aceptaron estos ajustes para no confiscar sus pasaportes.

Con respecto al odio, el rencor, los insultos, la denigración y las mentiras que dominan el discurso político y mediático de la oposición en el exilio que denuncia el señor embajador, ¿ acaba de leer lo que se publica en el sitio web de LAOTRAVOZ para ver que lo que el Embajador denunció se aplica, de hecho a lo que él mismo ha hecho desde su embajada por activistas comprometidos a difundir falsedades?.

Con respecto a la afirmación de que no es eficaz llamar al diálogo desde el exterior y amenazar con la muerte a aquellos con quienes se quiere dialogar, esto se aplica a la mesa de diálogo falso establecida por el presidente de la República de Guinea Ecuatorial para hacer creer a la opinión internacional que él dialogó con la oposición en el exilio, mientras que esto nunca existió y que, por el contrario, para hacer llegar a los miembros de la oposición en el país, sin la La ley de amnistía y sin el establecimiento de protección y control internacional para asegurar y garantizar que los miembros de la oposición que retornen no sean perturbados o arrestados, estén sujetos a: una táctica bien conocida que detuvo, torturó e incluso ejecutó a miembros de la oposición a quienes se les hizo creer que podían regresar sin preocuparse y que unos días o semanas después de su llegada fueron asesinados inesperadamente (ahorcamiento, dosis letales, desaparición, etc.).

La parte pacífica del Embajador vuelve a fallar en el hecho de que saber que el llamado caso de Bienes Mal Adquiridos,  es apelado ante los tribunales franceses, CORED, que es y forma la parte civil en dicho proceso,  dará a conocer al Tribunal que su antigüedad real es mayor que el período de 5 años debido al hecho de que entre los 20 partidos políticos y asociaciones que lo componen, algunos llevan existiendo y luchando contra el régimen corrupto  más allá de esta antigüedad.  Como por casualidad, para presionar a la CORED, dos de sus representantes, uno que vivía en España, el otro en Italia y  que viajaban a África con fines comerciales, fueron secuestrados y actualmente se encuentra recluidos en la prisión guineana de BLACK-BEACH, conocida como el infierno de Torturas y ejecuciones que se convierten en desapariciones.

Como el Embajador escribe: "En la vida, llega un momento en el que uno tiene que preguntarse a sí mismo si el camino tomado es el correcto", el de permanecer en el poder sin oposición durante 39 años con un sistema multipartidista falsa.

CORED hace un llamamiento a la Comunidad Internacional para que ponga fin a estos ataques criminales, a estos secuestros en el extranjero de los opositores y que se establezca un verdadero diálogo para que se produzca un verdadero diálogo. Se puede establecer un régimen democrático en Guinea Ecuatorial para poner fin a la corrupción, restablecer la paz social y recuperar la fuerza que representa a más de 250.000 guineanos que han huido del país para no sufrir el mismo destino que los más de  310 opositores que fueron asesinados para permitir que el régimen actual permanezca en el poder mostrando lo que el actual Presidente llama "paz social"o "paz reinante" y que ha estado actualizado encarcelamiento de todos los opositores declarados, por ejemplo, el único diputado de la oposición C.I., fue encarcelado el mismo día después de la elección, de modo que nunca pudo sentarse en el parlamento, mientras que los activistas que habían expresado su descontento por obtener su liberación fueran encarcelados por mas de 40 años.

Esta paz social significó que los militantes del partido presidencial, el PDGE compuestos por magistrados y militares, fueran expulsados y arrestados, por la opresión que se vive en la paz social,  esto hace que  mientras que el Ministro del Interior se sorprendía de que su hijo estuviera en oposición y hubiera participado con él en lo que se han montado para purgar a los descontentos, un falso golpe de estado en el que estarían implicados los miembros de la familia presidencial, así como los magistrados de los cuales uno murió en prisión.

Al mismo tiempo, los inversores y muchas de las compañías han huido del país y se muestran reacios a regresar mientras no se establezca un verdadero sistema democrático con la oposición en el exilio.

Como dice el embajador, "el tiempo pasa" y durante este tiempo, el país que muestra un estilo de vida lujoso para sus líderes, se hunde cada día más en la crisis política, económica y social. en un sistema que muestra por su antigüedad y el desgaste del poder sus debilidades y especialmente su incapacidad para establecer un sistema que impulsará el empleo, mientras que el desempleo circundante lleva cada día a un poco más de ciudadanos a la delincuencia para sobrevivir y que el número de ciudadanos que viven por debajo del umbral de pobreza solo aumenta.

                                                   CORED.

 

Leer más
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>