Overblog
Seguir este blog Administration + Create my blog
COALICIÓN CORED

actualidad

LE DICTATEUR OBIANG INVENTE UN COUP D'ÉTAT VIRTUEL À SON ENCONTRE.

4 Febrero 2021 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

 
 
 
 
 
Spécialiste des coups d'état pour avoir organisé celui qui l'a porté au pouvoi il y a 41 ans, pour occuper la scène médiatique politique et tenter de  ressouder le peuple équato-guinéen autour de sa personne et de son fils, après avoir inventé de toutes pièces de vrais faux coups d'état sans qu'il y ait le moindre coup de feu, voici sa dernière invention : "le coup d'état virtuel..."
 

Toutes ces inventions ont eu pour but d'accuser l'opposition et plus particulièrement celle en exil représentée par la CORED qui représente les 250.000 équato-guinéens qui ont fuit la dictature familiale en abandonnant tous leurs biens et en partant dans la précipitation pour ne pas se faire torturer ou assassiner par celui qui dirige d'une main de fer rouge de sang le pays, pour avoir assassiné 310 personnes dont la liste a été établie par la COALITION CORED, pour se maintenir coûte que coûte au pouvoir.

"Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre", c'est ainsi que le premier coup d'état a été commis par OBIANG NGUEMA MBASOGO en personne, en renversant son oncle, Francisco Macias NGUEMA pour arriver au pouvoir par les armes, le 3 août 1979.

OUI, OBIANG NGUEMA MBASOGO S'EST INSTALLÉ AU POUVOIR PAR LES ARMES

Depuis lors, il n’a eu de cesse à vouloir éradiquer pour ne pas dire exterminer l’opposition comme il l’a fait depuis son arrivée au pouvoir avec 310 assassinats d’opposants au compteur, pratiqués dans le pays ou même en exil (affaire Manuel TOMO MANGUE) ou contre le président de la CORED, afin de se maintenir au pouvoir en éliminant les opposants par tous les moyens possibles et imaginables.

Pour en revenir à ces tentatives de soit-disant déstabilisation, c'est très récemment que la Coalition CORED a découvert ce "subterfuge de faux coups d'état", montés de toutes pièces par le régime OBIANG, lesquels se succèdent régulièrement pour permettre au dictateur OBIANG de nettoyer toute trace d’opposition sous prétexte d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

Voici que la dernière invention du dictateur OBIANG pour installer son fiston TEODORIN qui n'a jamais pu être jugé en Guinée équatoriale pour les détournements commis et qui ont été constatés en Guinée équatoriale (affaire Roberto BERARDI), mais aussi en France dans l'affaire des biens mal acquis, aux US où on l'a obligé à renoncer à 30 millions de dollars d'avoir, en Suisse où on lui a confisqué toute sa collection de voitures, au Brésil ou on lu a confisqué sa collection de montres estimée à 15 millions de dollars et 1,5 million de dollars en cash, etc.

Faut-il rappeler que la valeur des seuls navires de Teodorin Obiang dépasse le budget annuel consacré à l'Éducation en Guinée équatoriale...

"Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre", le dictateur OBIANG fait semblant d'oublier le 3 août 1979. date à laquelle il a été le premier à faire un coup d'état en personne en renversant son oncle, Francisco Macias NGUEMA et en le faisant fusiller à la suite d'un procès particulièrement expéditif.

Depuis lors, il n’a eu de cesse à vouloir éradiquer pour ne pas dire exterminer l’opposition comme il l’a fait depuis son arrivée au pouvoir avec 310 assassinats d’opposants au compteur, pratiqués dans le pays ou même en exil (affaire Manuel TOMO MANGUE) afin de se maintenir au pouvoir sans partage.

Il y a eu plusieurs fois des coups d’état, montés par le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO :

Le premier coup d’état a eu lieu en 1981 avec le fondateur du parti politique Union populaire (UP) il y a eu un mort, un militaire a été exécuté et plusieurs centaines de personnes ont été jetées en prison et le leader a fuit par le Cameroun vers l’Espagne.

Le deuxième coup d’état a eu lieu en 1982, il y a eu 2 morts et de nombreuses personnes en prison et une vingtaine de personnes ont disparu.

En 1986 autre coup d’état, 3 personnes ont été exécutées parmi lesquelles un député qui ont été fusillés en public, plusieurs centaines de personnes ont été emprisonnées pendant que de nombreuses autres ont fuit en exil au Gabon et au Cameroun.

En 1987 un autre coup d’état, le majorité des opposants ont été mis en prison et les autres ont fuit en Espagne et au Gabon. Dans ce coup d’état était impliqué le Ministre des Droits de l’homme actuel, Alfonso NSUE MOKUY.

En 1992 autre coup d’état de l’Union populaire (UP), le leader qui était en Espagne est revenu en Guinée pour installer et légaliser son Parti politique, descendu à l’Hôtel MPALA, la garde présidentielle est venue l’arrêter au motif qu’il avait appelé ses militants à venir le rejoindre à l’Hôtel. OBIANG a envoyé ses militaires en disant qu’il était en train de préparer un coupe d’état à l’Hôtel. La Garde présidentielle est venu l’arrêter, en tuant son garde du corps, un ancien lieutenant de l’armée de terre, Pedro MOTU MAMIA.

En 1993, son neveu s’est réuni avec d’autres membres de l’armée et certains ministres pour son anniversaire au restaurant du bord de mer de l’ancien Port de Malabo. Une personne aurait parlé de renverser OBIANG, tout le monde a été arrêté et jeté en prison et son neveu,  Fructuoso MBA OÑANA était empoisonné en prison et mort quelques jours après à l’Hôpital de Malabo.

En 1997, Severo MOTO, qui était en voyage en Angola pour rencontrer les membres de son parti politique en exil, a été soupçonné par OBIANG de vouloir organiser un coup d’état. Plusieurs membres de son Parti politique, restés en Guinée équatoriale, ont été arrêtés, les autres ont fuit à LIBREVILLE et au Cameroun

En 1998, Severo MOTO, exilé en Espagne, part en visite au Gabon pour rencontrer les membres de son Parti en exil en même temps l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Felipe ONDO OBIANG et Guillermo NGUEMA ELA, ancien Ministre des Finances sont allés visiter Severo MOTO comme un frère équatoguinéen en exil en Espagne. Ils ont été dénoncés, à tort, par les Services secrets d’OBIANG au Gabon.

OBIANG a contacté l’ancien Président OMAR BONGO pour les kidnapper et les emmener, malgré leurs passeports de réfugiés de l’ONU, dans les sous-sols du Palais présidentiel d’OBIANG dans lequel ils ont passé deux ans demi, sans le moindre contact avec l’extérieur. C’est à la suite d’une manifestation rassemblant plus de 40.000 personnes qu’OBIANG a fini par libérer ces prisonniers.

En 2002, le dictateur OBIANG envoie en prison Salomon ABESO NDONG avec son oncle qui était Président de l’Assemblée ainsi que 408 personnes qui ont été détenues et torturées parmi lesquelles 28 personnes sont mortes après avoir été torturées dans la prison de Blackbeach pendant que 60 personnes ont disparu. En plus de cela, il y a eu 28 autres personnes condamnées à mort, mais sous la pression des États unis, de l’Angleterre, nous avons été condamnés à 25 ans de prison. Puis, finalement libérés au bout de deux ans et demi, tandis que d'autres au bout de 10 ans, etc.

En 2004, à CORISCO, à côté de l’île de Mbané, un opposant résidant aux Etats unis est arrivé au Gabon et a s’est rendu dans l’île de CORISCO pour aller visiter sa famille qui résidait là bas. Soupçonnés de préparer un coup d’état, tous les membres de sa famille et des habitants de CORISCO, soit 42 personnes, étaient jetées en prison pour y être torturées, pendant que nombre d’entre elles ont été assassinées.

De nouveau, en 2004, 2 mois après l’autre coup d’état monté par son neveu, Cipriano NGUEMA MBA, ancien Lieutenant-colonel, était jeté en prison avec 200 personnes qui ont été arrêtées, parmi lesquelles 2 ont été tuées. Son neveu a pu s’échapper de prison en passant par le Cameroun pour aller s’exiler à Bruxelles, pays dans lequel il a obtenu un passeport de l’ONU. Six mois après, il s’est rendu au NIGERIA pour visiter sa famille, où il a été séquestré sur place par les Services secrets d’OBIANG et transféré à Malabo dans la prison de BLACKBEACH où il est toujours détenu.

En 2005, nouveau coup d’état mené par le mercenaire Simon MANN à la demande d’OBIANG qui a impliqué Severo MOTO. De ce fait, il y a eu plus de 300 détenus en Guinée équatoriale qui ont été jetés en prison et dont beaucoup sont morts...

Curieusement et presque par hasard, on a appris, récemment, devant le Tribunal correctionnel de Paris que, en fait, Simon MANN travaillait depuis le début pour le dictateur, ce qui lui avait valu une prison dorée pour dissimuler sa complicité avec le dictateur et qu'il était recruté, selon ses dires, pour "rendre service au dictateur", mais surtout pour faire la chasse aux opposants à l’étranger et que pour ce faire, il utilise toutes les méthodes possibles et inimaginables, sous-entendu de faux coups d’état organisés par le dictateur OBIANG pour tendre des pièges aux opposants qui pourraient être tentés par cette aventure. Le dénommé Simon MANN a même été jusqu’à reconnaître, chez un avocat anglais, et dont nous détenons l’acte qui a été établi, que les personnes qu’il avait dénoncées comme ayant financé le coup d’état, n’avait en définitive pas mis un centime dans cette opération, ce qui veut dire clairement que c’est OBIANG NGUEMA MBASOGO qui avait financé ce coup d’état.

En 2008, le Palais présidentiel est envahi par des mercenaires en provenance du delta du Nigéria, à la suite de cette attaque, OBIANG a envoyé ses services secrets pour séquestrer 4 Équatoguinéens au Nigéria, MM. ALIPIO NDONG, JACINTO MICHA, JOSE ABESO, MANUEL NDONG, qui ont été emmenés en Guinée équatoriale pour y être exécutés, sans jugement, 3 jours après, malgré les protestations des Nations unies et des Associations humanitaires.

En 2017, encore un coup d’état déjoué avant qu’il n’ait lieu, pas un seul coup de feu, de nombreux commerçants camerounais accusés et incarcérés, avec en prime, un général et un ambassadeur qui avoueront lors de leur procès qu’ils ont été torturés pour leur faire avouer n’importe quoi, auxquels s’ajoutent une soixante de membres éminents du Parti présidentiel (PDGE) et de multiples accusations contre des pays voisins, soupçonnés d’avoir participé au coup d’État qui n’a jamais eu lieu, car pas un seul coup de feu n’a été tiré. Le verdict fut éloquent, d’autant qu’en plein milieu du procès il a fallu adjoindre aux juges qui avaient été désignés des juges militaires. Résultat 130 personnes jugées, avec des peines atteignant presque le siècle d'emprisonnement, la justice guinéenne ayant voulu faire les choses en grand.

Ces accusations de tous ces faux coups d’état étaient tellement ridicules vis à vis de l’opinion internationale qu’OBIANG s’est vu obligé de publier un décret d’amnistie n° 108/2018, du 4 juillet 2018, rédigé par lui et signé de sa main accordant l’amnistie générale en République de Guinée équatoriale à tous les condamnés pour crimes politiques et ceux qui étaient en procès pour les mêmes crimes.

Comme OBIANG ne respecte ni sa signature, ni ses engagements pris devant le corps   diplomatique devant lequel il avait annoncé cette amnistie, il a réussi à maintenir en prison toutes les personnes visées par le décret d’amnistie et à organiser un procès en    appel de tous ceux qui était bénéficiaires du décret d’amnistie.

DU JAMAIS VU AU PAYS DE L’ABSENCE DE DROIT QUI S’APPELLE LA GUINÉE ÉQUATORIALE.

  • Février 2021, OBIANG veut remettre le couvert, cette fois-ci, en plein coronavirus et fermeture des frontières, il annonce en public ce coup d’état sans la moindre preuve, « de son vivant », car il est saint et sauf et se porte comme un charme, pour seule argumentation il a les médias à sa botte prêts à raconter n’importe quoi, j’ai nommé la TVGE qui est une officine gouvernementale de la dictature et la télévision ASONGA Radio télévision qui appartient au fils OBIANG et AFRIQUEMEDIATV, pure création d’OBIANG installée à SIPOPO en guinée équatoriale.
  •  
  • LES 4 CONTRADICTEURS.png

4 participants, complètement acquis au dictateur OBIANG et à qui il faudrait poser la question de savoir quels sont les liens financiers qu’ils ont pu avoir de près ou de loin avec la guinée équatoriale, pour venir cirer les bottes d’un dictateur assassin qui veut installer désormais son fils pour succéder à 41 années de pouvoir sans partage et qui veut se servir d’un nouveau coup d’état virtuel et donc inventé pour la circonstance pour augmenter la répression contre les opposants dans le pays et en exil.  On voit déjà la démarche contradictoire dans le titre de cette émission mal préparée et pleine de contre vérités, puisque sur le même tableau on lit comme une affirmation que « les rebelles de BOZIZE préparent un coup d’état contre le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO », tandis qu’en sous titre on est moins péremptoire et d’on se pose la question écrite en mauvais français : « aurait-il un coup d’état en préparation des rebelles de BOZIZE ». Ainsi dans la même image on affirme une chose pour dire ensuite que l’on est sur de rien !

https://cameroonvoice.com/news/2020/03/08/cameroun-banda-kani-humilie-en-mondovision-par-un-ivoirien/[media_asset|

Mais le plus grave est ailleurs, au cours de cette même émission menée par BACHIR complètement noyée dans des versions extravagantes de complotisme international noyées dans des discours insipides et trop connus des panafricains d’occasion, comme Banda Kani , humilié en mondovision par un ivoirien qui parle "poko poko poko poko", et est opposant au régime Biya depuis plusieurs années, ce président du nouveau mouvement populaire (MNP) avait retourné sa veste en 2018 dans un mouvement intitulé G20 qui a apporté son soutien à Biya. 

http://https://www.youtube.com/watch?v=Cj12jCkegVM&feature=youtu.be

 

BANDA KANI.png

 

Pour en revenir à ces tentatives de soit-disant déstabilisation, c'est très récemment que la Coalition CORED a découvert ce subterfuge de faux coups d'état, montés de toutes pièces par le Régime, lesquels se succèdent régulièrement pour permettre au dictateur OBIANG de nettoyer toute trace d’opposition sous prétexte d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

C'est grâce aux découvertes faites avec le témoignage du mercenaire Simon MANN, organisateur d’un coup d’état manqué et qui a fini par avouer, devant le Tribunal correctionnel de Paris, qu’il travaillait, en fait, pour le dictateur, ce qui accrédite les faits dénoncés par la Coalition CORED, à savoir qu’ OBIANG NGUEMA MBASOGO organise depuis son arrivée au pouvoir de faux coups d’état pour éradiquer l’opposition chaque fois qu'elle devient trop importante, afin qu'il puisse continuer à se maintenir au pouvoir.

Ce manège dure depuis 39 ans...

À titre d’exemple, c’est preuves en mains que la Coalition CORED affirme, à propos du coup d'état de 2005, qu’il est apparu que l'organisateur de ce coup d'état était le dictateur en personne par l'intermédiaire de M. Simon MANN, mercenaire anglais qui a monté l'opération, mais qui travaillait en fait à l'époque et encore maintenant pour le dictateur OBIANG lequel a reconnu par écrit et sous serment chez un avocat anglais, que les personnes qu'il avait dénoncées comme étant les financiers de ce coup d'état étaient hors de cause et qu'il était là pour "aider" le dictateur OBIANG à faire la chasse aux opposants en exil.

Cette dénonciation de Simon MANN a été faite à Paris, le 26 juin 2017 devant le Tribunal correctionnel, dans l'affaire dite des "biens mal acquis" dans laquelle le fils de OBIANG a été reconnu coupable de blanchiment, d'abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de corruption et condamné en 1ère instance à 3 ans de prison et à 30 millions d’euros d’amende avec sursis pour s’être frauduleusement bâti, en France, un patrimoine considérable qui, aux termes de ce jugement confirmé et augmenté par la Cour d'appel, lui a été confisqué, action punitive pour laquelle la Coalition CORED s'était portée partie civile.

Depuis lors, les accusations portées contre l'opposition en exil dans ces opérations sont destinées à montrer à la population qu'il tient la situation en mains en mobilisant les médias et en courant dans les pays voisins pour tenter d’obtenir des soutiens, sans se soucier que le peuple aspire à autre chose qu'à ses manoeuvres politiciennes qui tendent à faire oublier l'essentiel.

Ces manoeuvres sont maintenant déjouées, car les délinquants commettent toujours leurs crimes de la même façon, et pour OBIANG la méthode est à chaque fois toujours la même :

- un coup d'état sans coup de feu

- un organisateur déguisé au milieu des mercenaires qu'il a recruté

- un financier désigné de façon à faire oublier que c'est OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan qui ont organisé, planifié et financé l'opération de coup d'état.

 

UNE FOIS DE PLUS LA CORED DÉNONCE LE FAUX COUP D'ETAT DU DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO .

La Coalition CORED demande :

- la mise en place immédiate de centres de distribution de nourriture, de masques anti covid 19, de gel hydroalcoolique et de soins, le tout  gratuitement pour la population,

- la création d'une COMMISSION D'ENQUÊTE INTERNATIONALE SUR LES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ COMMIS PAR LE RÉGIME DU PRÉSIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO,

- la libération immédiate de tous les prisonniers politiques,

- le retour dans leur pays de tous les mercenaires, la sécurité du pays devant être assurée par l'armée équato-guinéenne

- la mise en place immédiate sous la surveillance d'organisations internationales avec une force militaire assurant la sécurité des opposants, d'un régime de transition démocratique avec la participation de tous les partis politiques y compris ceux en exil,

Leer más

LAS BARRENDERAS DE GUINEA ECUATORIAL EXHIBEN SU LIDERAZGO ANTE LAS NACIONES UNIDAS.

29 Enero 2021 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

Los días 28 y 29 del presente mes de enero,  han sido de una intensa actividad por parte de las BARRENDERAS DE GUINEA ECUATORIAL, tal y como lo venían anunciando en los meses pasados, han cumplido con éste propósito de plantarse ante las Naciones Unidas para expresar en voz alta el malestar de todo el pueblo de la República de Guinea Ecuatorial que está sufriendo en carne propia la longeva dictadura del tirano Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Antes de que las Naciones Unidas vaya a movilizar sus recursos para dirimir un conflicto social en nuestro país, será mejor que eviten que el pais llegue a esos extremos, obligando al sátrapa que lleva 43 años usurpando el poder, para que lo abandone de forma pacifica.

la mujer guineana ha salido a la calle y ha demostrado que constituyen la base social del pueblo. Desde aquí, la CORED apoya a sus hermanas, compañeras y nuestras muchachas a estar con ellas a pie del cañón e invitamos a todas las féminas de Guinea Ecuatorial a tomar conciencia de que JUNTOS PODEMOS liberar nuestra Patria.

Actualmente se habla, se comparte en muchos círculos el concepto de liderazgo femenino. Se ha abierto una necesidad común y transversal en el colectivo femenino de entender el liderazgo como una terminología que no es única ni exclusiva del hombre, ni de los negocios.

En esta nueva era digital, donde la mujer ocupa un lugar relevante y cada día mas presente en la sociedad, surge la necesidad de entender desde donde queremos situarnos, relacionarnos y ofrecer nuestro talento y competencias, y no solo en el ámbito laboral si no también en el social y personal.

Liderar en femenino, es liderar desde la mujer que ya eres, descubriendo cuál es tu esencia y comenzando a brillar desde tu centro, para así construir y crear, día a día tu propia realidad.

Eso si, necesitamos tener claro cuatro aspectos fundamentales e integrarlos en nuestro SER:

 

  • Enamórate cada día de ti, si tu no te quieres es imposible que tu entorno lo haga. Como dijo Bernabé Tierno en una de sus últimas ponencias ”Soy lo que pienso, siento y hago; por lo que cuídate, cuida tus pensamientos y hagas lo que hagas, hazlo desde el amor y la verdad…hazlo desde el corazón ”.

 

  • Tu crecimiento personal solo depende de ti, por lo que despójate de todo pensamiento negativo y destructivo, ya que cada pensamiento se manifiesta en una acción, si es negativo, la acción es negativa; por lo tanto acepta y transforma en positivo; todo lo malo tiene una cara positiva.

 

  • Descubre cuales son tus valores fundamentales sobre los que cimientas tu vida y alinéalos con tu propósito de vida. Haz un buen trabajo personal que te permita descubrirlos y conectarlos con tu pensamiento; se fiel a ti misma, a tus emociones y conéctalas con tu mente, ya que la máxima sabiduría es el máximo sosiego que te permite vivir con equilibrio, paz y plenitud.

 

  • Por último, estate al mando, lleva las riendas de tu vida y construye tu nueva realidad, ya que desde ahí conectarás con tu talento femenino, con todas aquellas habilidades, recursos y competencias que tienes como mujer única y autentica que eres, capaz de brillar, amar, ser amada y respetada.

 

Jamás olvides que tu vida es mas grande que tus miedos…que tus fuerzas son mayores que tus dudas…Que aunque tu mente esté confundida, siempre sabrá la respuesta.

NO olvides que ser valiente es vivir con ilusión , pasión, amor propio y coraje.

Leer más

Detienen en Dubái al cuñado de Teodoro Obiang por el 'caso Villarejo'

24 Diciembre 2020 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

Detienen en Dubái al cuñado de Teodoro Obiang por el 'caso Villarejo'

Exdirectivo de la empresa Gepetrol, la investigación sitúa a Cándido Nsue como responsable del encargo al comisario que dio origen a la causa y de invertir en España cantidades millonarias de origen ilícito.

Las autoridades de Dubai han arrestado en ese territorio al exdirector general de la empresa petrolera guineana Gepetrol, Cándido Nsué Okomo, según informan a Vozpópuli fuentes policiales y jurídicas. Cuñado del dictador guineano Teodoro Obiang, pesaba sobre él una orden de detención internacional en el marco del caso Villarejo dictada por el titular del Juzgado central de Instrucción número 6 de la Audiencia Nacional, Manuel García Caste.

Anticorrupción destapa una organización criminal de Guinea que blanquea en España

La Audiencia Nacional y la Fiscalía Anticorrupción consideran que Cándido Nsué Okomo estaba detrás del encargo de contratar al excomisario José Villarejo a cambio de 5,3 millones de euros. El trabajo consistía en investigar a Gabriel Mbega Obiang, uno de los hijos del presidente Teodoro Obiang. Buscaban información comprometedora para perjudicarle en la lucha de sucesión entre clanes de la familia. El nexo entre los guineanos y Villarejo era un empresario español llamado Francisco Menéndez Rubio, quien llevó ante la Fiscalía los detalles de ese encargo llamado Proyecto King.  

Además, este periódico informó en mayo que en el marco de estas pesquisas el magistrado sigue el rastro de 24,2 millones de euros que jerarcas de la dictadura de Guinea Ecuatorial sacaron de ese país vía Seychelles y, previo paso por Suiza, acabaron en España de forma irregular. Así se deduce de varias comisiones rogatorias emitidas por el país helvético en poder de los investigadores españoles.

Según las fuentes policiales consultadas por este periódico, Cándido Nsue Okomo, de 43 años de edad y hermano de la primera mujer de Teodoro Obiang (Constancia Mangue Nsue Okomo) , fue detenido la semana pasada en Dubai. La Fiscalía anticorrupción afirma que a partir del año 2010 este individuo y otros compatriotas comenzaron a invertir en España fondos que tenían su origen último en negocios ilícitos desarrollados principalmente en el ámbito del sector del petróleo. 

Gepetrol

Se valían de sus puestos de dirección en la empresa pública guineana Gepetrol para desviar estos fondos ilícitamente obtenidos a empresas radicadas en paraísos fiscales para posteriormente hacerlos llegar a otros países de la Unión Europea. Para ello usaban presuntamente otras empresas pantalla y testaferros de la máxima confianza, mediante los cuales realizaron inversiones de grandes capitales, entre otros, en el sector inmobiliario.

Uno de estos testaferros era Francisco Menéndez Rubio, que se refería a Cándido Nsue como su “jefe”. El juez García Castellón ya ha procesado a Menéndez Rubio por la Pieza 1 del caso Villarejo junto al ex-comisario del aeropuerto de Barajas, Carlos Salamanca. Les acusa de facilitar la entrada ilegal en territorio español de empresarios ecuatoguineanos vinculados a Gepetrol a cambio de dádivas y regalos.

En los archivos policiales consta que Cándido Nsue Okomo pasó por el aeropuerto de Madrid-Barajas en al menos tres ocasiones, el 3 de septiembre de 2013 procedente de Dubai (donde ha sido finalmente detenido), y las dos siguientes procedente de Guinea Ecuatorial los días 13 de octubre de 2013 y 17 de marzo de 2014.

https://www.vozpopuli.com/espana/dubai-cunado-teodoro-obiang-villarejo_0_1421858361.htm

CORED.

Ante todo éste panorama desolador, algunos del regimen incluyendo el mismo dictador Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, y otra pseudo-oposición en el exilio, prefieren a que miremos por otro lado, que riamos las gracias del dictador o que nos apartemos de la política para dar vía libre a los que quieren pactar una transición de engaño al soberano pueblo de la República de Guinea Ecuatorial.

Ante un regimen ladrón, mísero y desastre como éste, lo que le queda a la verdadera oposición es combatirla con todos las herramientas a nuestro alcance, de Obiang Nguema y su estirpe no esperamos más que relatos que hemos leído más arriba del prestigioso periódico digital vozpopuli, relatos de despilfarro, de crimen organizado y de un grupo de bandidos que gestionan un estado como si se tratase de unos cárteles colombianos en los años de Pablo Escobar.

Y por parte nuestra, no van encontrar otra cosa que una oposición de la más dura que han tenido nunca. CORED les combatirá enérgicamente hasta la erradicación por completo de ése clan mafioso y para restaurar un regimen de libertad y democracia en nuestra república.

Leer más

OBIANG RECOIT UNE GIFFLE JURIDIQUE DE LA PART DE LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE.

19 Diciembre 2020 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

                                 

 

En 3 lignes la Cour Internationale de Justice (CIJ) vient de balayer des années de procédures inutiles intentées par le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO en refusant l'immunité diplomatique du fils OBIANG et ce 11 décembre 2020 en refusant également de reconnaître à l’immeuble de l'Avenue FOCH le statut de locaux de la mission diplomatique alors qu'elle était logée Boulevard de Courcelle
COUP DOUBLE : Le 11 décembre  à 16 heures, la Cour Internationale de Justice, organe suprême de la justice internationale de l'ONU a rendu son arrêt en 36 pages en exposant les méandres judiciaires dans lesquelles la cohorte d'avocats de la guinée équatoriale se sont vautrés depuis le 13 juin 2016 aidés en cela par l'Ambassadeur de Belgique afin de déposer au greffe de la cour internationale de justice une requête introductive d’instance au nom de la République de Guinée-équatoriale contre la république française au sujet d’un différend concernant :

1 - l’immunité de juridiction pénale du second vice président de la République de Guinée Equatoriale chargé de la défense et de la sécurité de l’État Teodoro Nguema Obiang Mangue.

2 - le statut juridique de l’immeuble qui abrite l’ambassade de Guinée équatoriale France temps comme locaux de la mission diplomatique que comme propriété de l’État.

Il aura fallu 3 lignes de textes sur les 36 pages du jugement de la Cour Internationale de Justice de La Haye, Organe suprême de justice de l'ONU pour savoir si un vice-président peut bénéficier de l'immunité qui est seulement réservée selon la Convention de Vienne au Président, aux Ambassadeurs et au Ministre des Affaires Étrangères, et si le pays demandeur peut imposer au pays d'accueil le choix du lieu de son ambassade, il aura fallu 1642 jours soit 4 ans, 5 mois et 28 jours, pour trancher la question,

Voici donc la décision fruit de cette très longue réflexion qui a permis l'enrichissement de ceux qui ont engrangé des procédures dilatoires et coûteuses qui ont duré pour l'affaire des biens mal acquis depuis le 1er mars 2007 (date du rapport CCFD) jusqu'à cette année devant la cour d'Appel de Paris, le 11 février 2020, autrement dit pendant 4729 jours soit 12 ans, 11 mois et 9 jours.

Tout ceci a permis aux avocats de se régaler financièrement dans des procédures particulièrement onéreuses qui représentent des années de salaires pour le peuple équato-guinéen dont 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins de 1,90$ , soi 1€57 par jour...

Déjà la Cour avait rejeté l'immunité diplomatique du fils OBIANG alors qu'en Guinée équatoriale une fois ce premier jugement rendu, tout le monde disait et écrivait le contraire pour ne pas l'offenser et ainsi d'aller directement à la prison de BLACKBEACH pour y subir le même sort que Roberto BERARDI, et qu'en définitive pour le statut de l'immeuble, la décision est tombée comme un couperet pour mettre fin à cette sinistre plaisanterie qui consiste à faire croire qu'un ambassadeur peut décider librement de l'implantation de son ambassade sans avoir l'autorisation du pays d'accueil, il fallait que ce soit un dictateur et ses sbires qui pouvaient penser cela, la Cour a répondu brièvement  : " la Cour ne peut faire droit à la demande de la Guinée équatoriale tendant à ce qu’elle déclare que la France est tenue de reconnaître à l’immeuble le statut de locaux de la mission diplomatique équato-guinéenne.

Par cet arrêt, la Cour vient de donner une fessée magistrale au fils OBIANG qui avec sa "soi-disant immunité" se croyait au dessus des Lois nationales et internationales et la Cour vient simultanément de donner une gifle juridique en pleine figure au président OBIANG NGUEMA MBASOGO, à sa famille et à son clan, le tout médiatisé par le site web de l'ambassade de Guinée équatoriale à Bruxelles qui a diffusé en direct simultané la retransmission depuis la CIJ de l'annonce du verdict de l'affaire dont on se rappellera l'imbécilité et la prétention avec laquelle l'ambassadeur Nvono-Ncá, en tant "qu'agent de la Guinée équatoriale pays devant la CIJ", a été responsable pendant tout ce temps de l'ouverture et de la clôture de chacune des sessions au cours desquelles il a essayé de nous faire croire à la légitimité de la cause pour laquelle sans rire, le site officiel de la Guinée équatoriale faisait état en parlant" de la défense magistrale de la Guinée équatoriale qui a laissé de grandes phrases mémorables, telles que celle-ci : la France vient à cette prestigieuse cour avec de fausses accusations contre la Guinée équatoriale. Messieurs de la délégation de la France, la dignité de mon chef d'État est intouchable. »

Elle est belle la dignité d'un président assassin (310+) soutenu par des complices prêts à dire n'importe quoi pour faire plaisir au dictateur...

Or il faut savoir que la mission diplomatique équato-guinéenne avenue FOCH n'a rien d'une ambassade, on y rentre sans avoir besoin de sonner ni d'avoir une clef, il suffit d'ouvrir la porte quand elle n'est pas déjà ouverte et là, personne pour vous accueillir au rez de chaussée et il faut gravir les escaliers pour trouver quelqu'un au 2ème étage qui est là avec son enfant et qui assure la permanence, ainsi qu'on a pu le découvrir par l'intrusion filmée de personnes qui entendaient revendiquer les lieux pour une cause africaine.

Ce film est visible avec le lien suivant : https://www.facebook.com/784632574934795/videos/175774006642117/

Dès le 29 octobre 2018, la CORED avait cru bon d'aviser par une lettre de 4 pages avec ce film à l'appui,  le Président et les membres de la  CIJ sur cette situation anormale alors qu'une revendication était déposée devant la Cour et que "cette vidéo réalisée sans le moindre montage ou trucage démontre que l'Ambassade de l'avenue FOCH ne ressemble en rien à une ambassade, car ce groupe d'africains a pu pénétrer dans l'enceinte de ladite Ambassade, sans avoir besoin de sonner ou de fracturer une porte ou une fenètre, et c'est une grande première dans le monde entier : on peut rentrer dans la soit-disant ambassade de l'avenue FOCH à PARIS 16ème sans sonner à la porte, sans avoir les clefs, sans le moindre accueil à la réception, car on entre dès le milieu de la matinée sans rencontrer le moindre chauffeur dans les véhicules de l'ambassade et de l'ambassadeur en stationnement dans la cour, sans rencontre le moindre vigile ou personnel d'accueil devant ou derrière la porte, sans le moindre sas de contrôle, sans le moindre employé au rez-de chausse, ni au premier étage, ni au second, voilà comment un immeuble qui est estimé à plus de 100 millions d'euros est utilisé..."

C'est dans ces conditions que la Haute Juridiction a pu relever que : "Pour qu’un bâtiment puisse être inviolable, il faut qu’il s’y déroule une activité diplomatique bien réelle, ont estimé les juges", par la bouche du juge ABDULQAWI Ahmed Yusuf qui a lu la sentence de la Cour au tribunal des Nations-unies, basé à La Haye (Pays-Bas), tandis que pour les avocats de la France, le 42, avenue Foch n’était rien d’autre que le « pied-à-terre somptueux » de Teodorin OBIANG, vice-président et fils du chef de l’État équato-guinéen", tandis que les avocats de la Guinée équatoriale, Me Jean-Charles TCHIKAYA en tête ainsi que Me Emmanuel MARSIGNY, se sont ridiculisés en soutenant le contraire ainsi qu'on peut le voir dans le film qui est dans toutes les mémoires, les robinets en or de l'ambassade ont arrosé les notes d'honoraires pour soutenir un fils de dictateur pendant que la population vit dans la pauvreté - voir le film : https://www.youtube.com/watch?v=S8kOOYu0Pe8&feature=youtu.be

Maintenant les choses sont claires, bien que la Cour de Cassation soit saisie, il n'y a aucun doute sur l'issue de la procédure abusive et dilatoire menée par les avocats, aussi l'Ambassadeur Miguel MIFUMU OYONO NDONG peut sérieusement se préparer prochainement à plier bagage et à abandonner les 111 pièces de l'Avenue Foch, le salon de coiffure, la salle de jeux, la discothèque et la baignoire aux robinets en or pour aller se réfugier dans son ancienne demeure boulevard de Courcelles qu'il n'aurait jamais dû quitter si, l'ambassadrice Mariola BINDANG OBIANG et le ministre des affaires étrangères M. Agapito MBA MOKUY en tant que diplomates sans connaissance du droit international ont cru qu'il suffisait de décrocher le drapeau de la Guinée équatoriale pour l'accrocher sur la facade de l'immeuble de l'avenue Foch et que la hampe du drapeau était une baguette magique qui permettait de transporter l'ambassade d'un point à un autre sans l'autorisation ou l'avis favorable du pays d'accueil.

Ce grand magicien Agapito MBA MOKUY évincé pendant un temps pour des raisons mystérieuses après avoir été ministre des affaires étrangères est revenu en FRANCE après une période d'exil pour pantoufler comme chef de la délégation de la guinée équatoriale à l'UNESCO, ce qui lui a permis avec la baguette magique dont on vient de parler pour le drapeau, d'accomplir un miracle qui est un véritable sacre pour la corruption pour son pays, champion des libertés en tous genres grâce à la dictature instaurée en Guinée équatoriale par un pouvoir sans partage ininterrompu pendant 41 ans par le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan, spécialistes de la corruption, ceci lui a valu la reconnaissance de ses pairs qui n'ont pas hésité un seul instant à le nommer comme Président du Conseil exécutif de l'UNESCO, c'est dire si ses compétences ont été aveuglément récompensées...

En effet, c'est lui "le grand inventeur" du prix UNESCO OBIANG NGUEMA MBASOGO transformé par la volonté de tous ceux qui se sont émus de voir le nom d'un dictateur assassin (310) accolé au nom de l'UNESCO et qu'il a fallu vite transformer en "prix UNESCO-GUINÉE ÉQUATORIALE pour la recherche en sciences de la vie", avec un prix de 3 millions de dollars qui devait être versé par une Fondation mais qui l'a été en fait par une société et une banque exotique sur lesquels aucune explication n'a pu être donnée

malgré une demande expresse à l'UNESCO de SHERPA et de Me William BOURDON, toutes choses restées sans explication qui déshonorent l'UNESCO pendant qu'en Guinée équatoriale la situation des hôpitaux est catastrophique et que c'est grâce à des dons faits pas la CHINE que l'hôpital de NIEFANF a pu être financé par le gouvernement chinois.

On sait que pendant deux décennies, le gouvernement équato-guinéen a de manière générale laissé passer cette chance en investissant de manière insuffisante dans le secteur social par rapport aux autres pays aux revenus similaires, et en faisant des dépenses injustifiées dans des projets d’investissement, tels que les nouveaux hôpitaux La Paz sophistiqués à Malabo et Bata, dénoncés par Human Rights Watch car bénéficiant exclusivement aux élites fortunées, plutôt qu'en matière de soins primaires qui profitent à la majorité des citoyens.

La situation sanitaire et la qualité des installations médicales dans ce pays 4ème en matière de ressources pétrolières et toujours dans les premières places en matière de corruption. Voilà ce que donne un pays à vivre à ses habitants lorsque la véritable opposition a été obligée de choisir l'exil pour avoir la vie sauve, c'est ce qu'on fait plus de 250.000 équato-guinéens qui ne pouvaient pas s'exprimer démocratiquement par leur vote pour changer les choses et sachant le sort qui leur serait réservé par la dictature, ils ont préféré fuir ce pays en abonnant tous leurs biens pour avoir la vie sauve et c'est de là que je vous parle en attendant notre retour dans le pays pour participer à un renouveau démocratique tant espéré par la population, sachant que la COALITION CORED représente une Fédération de 21 partis politiques en exil.

Leer más

OBIANG RECOIT UNE GIFFLE JURIDIQUE DE LA PART DE LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE

12 Diciembre 2020 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

OUP DOUBLE : Le 11 décembre  à 16 heures, la Cour Internationale de Justice, organe suprême de la justice internationale de l'ONU a rendu son arrêt en 36 pages en exposant les méandres judiciaires dans lesquelles la cohorte d'avocats de la guinée équatoriale se sont vautrés depuis le 13 juin 2016 aidés en cela par l'Ambassadeur de Belgique afin de déposer au greffe de la cour internationale de justice une requête introductive d’instance au nom de la République de Guinée-équatoriale contre la république française au sujet d’un différend concernant :

1 - l’immunité de juridiction pénale du second vice président de la République de Guinée Equatoriale chargé de la défense et de la sécurité de l’État Teodoro Nguema Obiang Mangue

2 - le statut juridique de l’immeuble qui abrite l’ambassade de Guinée équatoriale France temps comme locaux de la mission diplomatique que comme propriété de l’État

Il aura fallu 3 lignes de textes sur les 36 pages du jugement de la Cour Internationale de Justice de La Haye, Organe suprême de justice de l'ONU pour savoir si un vice-président peut bénéficier de l'immunité qui est seulement réservée selon la Convention de Vienne au Président, aux Ambassadeurs et au Ministre des Affaires Étrangères, et si le pays demandeur peut imposer au pays d'accueil le choix du lieu de son ambassade, il aura fallu 1642 jours soit 4 ans, 5 mois et 28 jours, pour trancher la question,

Voici donc la décision fruit de cette très longue réflexion qui a permis l'enrichissement de ceux qui ont engrangé des procédures dilatoires et coûteuses qui ont duré pour l'affaire des biens mal acquis depuis le 1er mars 2007 (date du rapport CCFD) jusqu'à cette année devant la cour d'Appel de Paris, le 11 février 2020, autrement dit pendant 4729 jours soit 12 ans, 11 mois et 9 jours.

Tout ceci a permis aux avocats de se régaler financièrement dans des procédures particulièrement onéreuses qui représentent des années de salaires pour le peuple équato-guinéen dont 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins de 1,90$ , soi 1€57 par jour...

Déjà la Cour avait rejeté l'immunité diplomatique du fils Obiang alors qu'en Guinée équatoriale une fois ce premier jugement rendu, tout le monde disait et écrivait le contraire pour ne pas l'offenser et ainsi d'aller directement à la prison de Blackbeach pour y subir le même sort que Roberto BERARDI, et qu'en définitive pour le statut de l'immeuble, la décision est tombée comme un couperet pour mettre fin à cette sinistre plaisanterie qui consiste à faire croire qu'un ambassadeur peut décider librement de l'implantation de son ambassade sans avoir l'autorisation du pays d'accueil, il fallait que ce soit un dictateur et ses sbires qui pouvaient penser cela, la Cour a répondu brièvement  : " la Cour ne peut faire droit à la demande de la Guinée équatoriale tendant à ce qu’elle déclare que la France est tenue de reconnaître à l’immeuble le statut de locaux de la mission diplomatique équato-guinéenne.

Par cet arrêt, la Cour vient de donner une fessée magistrale au fils OBIANG qui avec sa "soi-disant immunité" se croyait au dessus des Lois nationales et internationales et la Cour vient simultanément de donner une gifle juridique en pleine figure au président OBIANG NGUEMA MBASOGO, à sa famille et à son clan, le tout médiatisé par le site web de l'ambassade de Guinée équatoriale à Bruxelles qui a diffusé en direct simultané la retransmission depuis la CIJ de l'annonce du verdict de l'affaire dont on se rappellera l'imbécilité et la prétention avec laquelle l'ambassadeur Nvono-Ncá, en tant "qu'agent de la Guinée équatoriale pays devant la CIJ", a été responsable pendant tout ce temps de l'ouverture et de la clôture de chacune des sessions au cours desquelles il a essayé de nous faire croire à la légitimité de la cause pour laquelle sans rire, le site officiel de la Guinée équatoriale faisait état en parlant" de la défense magistrale de la Guinée équatoriale qui a laissé de grandes phrases mémorables, telles que celle-ci : la France vient à cette prestigieuse cour avec de fausses accusations contre la Guinée équatoriale. Messieurs de la délégation de la France, la dignité de mon chef d'État est intouchable. »

Elle est belle la dignité d'un président assassin (310+) soutenu par des complices prêts à dire n'importe quoi pour faire plaisir au dictateur...

Or il faut savoir que la mission diplomatique équato-guinéenne avenue FOCH n'a rien d'une ambassade, on y rentre sans avoir besoin de sonner ni d'avoir une clef, il suffit d'ouvrir la porte quand elle n'est pas déjà ouverte et là, personne pour vous accueillir au rez de chaussée et il faut gravir les escaliers pour trouver quelqu'un au 2ème étage qui est là avec son enfant et qui assure la permanence, ainsi qu'on a pu le découvrir par l'intrusion filmée de personnes qui entendaient revendiquer les lieux pour une cause africaine.

Ce film est visible avec le lien suivant : https://www.facebook.com/784632574934795/videos/175774006642117/

Dès le 29 octobre 2018, la CORED avait cru bon d'aviser par une lettre de 4 pages avec ce film à l'appui,  le Président et les membres de la  CIJ sur cette situation anormale alors qu'une revendication était déposée devant la Cour et que "cette vidéo réalisée sans le moindre montage ou trucage démontre que l'Ambassade de l'avenue FOCH ne ressemble en rien à une ambassade, car ce groupe d'africains a pu pénétrer dans l'enceinte de ladite Ambassade, sans avoir besoin de sonner ou de fracturer une porte ou une fenètre, et c'est une grande première dans le monde entier : on peut rentrer dans la soit-disant ambassade de l'avenue FOCH à PARIS 16ème sans sonner à la porte, sans avoir les clefs, sans le moindre accueil à la réception, car on entre dès le milieu de la matinée sans rencontrer le moindre chauffeur dans les véhicules de l'ambassade et de l'ambassadeur en stationnement dans la cour, sans rencontre le moindre vigile ou personnel d'accueil devant ou derrière la porte, sans le moindre sas de contrôle, sans le moindre employé au rez-de chausse, ni au premier étage, ni au second, voilà comment un immeuble qui est estimé à plus de 100 millions d'euros est utilisé..."

"Voilà ce qu'est l'Ambassade de la République de Guinée équatoriale en FRANCE, un lieu unique dans lequel on peut rentrer ou sortir sans la moindre difficulté... ce qui est un cas unique au monde et qui démontre si besoin est que cette Ambassade est une illusion d’optique juridique qui avait été mise en place pour tenter d’obtenir de votre juridiction l’immunité diplomatique du fils OBIANG, lequel a répandu depuis le début dans le pays que cette immunité lui avait été reconnue par votre Juridiction".

Maintenant les choses sont claires, bien que la Cour de Cassation soit saisie, il n'y a aucun doute sur l'issue de la procédure abusive et dilatoire menée par les avocats, aussi l'Ambassadeur Miguel MIFUMU OYONO NDONG peut sérieusement se préparer prochainement à plier bagage et à abandonner les 111 pièces de l'Avenue Foch, le salon de coiffure, la salle de jeux, la discothèque et la baignoire aux robinets en or pour aller se réfugier dans son ancienne demeure boulevard de Courcelles qu'il n'aurait jamais dû quitter si, l'ambassadrice Mariola BINDANG OBIANG et le ministre des affaires étrangères M. Agapito MBA MOKUY en tant que diplomates sans connaissance du droit international ont cru qu'il suffisait de décrocher le drapeau de la Guinée équatoriale pour l'accrocher sur la facade de l'immeuble de l'avenue Foch et que la hampe du drapeau était une baguette magique qui permettait de transporter l'ambassade d'un point à un autre.

Ce grand magicien Agapito MBA MOKUY évincé pendant un temps pour des raisons mystérieuses après avoir été ministre des affaires étrangères est revenu en FRANCE après une période d'exil pour pantoufler comme chef de la délégation de la guinée équatoriale à l'UNESCO, ce qui lui a permis avec la baguette magique dont on vient de parler pour le drapeau, d'accomplir un miracle qui est un véritable sacre pour la corruption pour son pays, champion des libertés en tous genres grâce à la dictature instaurée en Guinée équatoriale par un pouvoir sans partage ininterrompu pendant 41 ans par le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan, spécialistes de la corruption, ceci lui a valu la reconnaissance de ses pairs qui n'ont pas hésité un seul instant à le nommer comme Président du Conseil exécutif de l'UNESCO, c'est dire si ses compétences ont été aveuglément récompensées...

En effet, c'est lui "le grand inventeur" du prix UNESCO OBIANG NGUEMA MBASOGO transformé par la volonté de tous ceux qui se sont émus de voir le nom d'un dictateur assassin (310) accolé au nom de l'UNESCO et qu'il a fallu vite transformer en "prix UNESCO-GUINÉE ÉQUATORIALE pour la recherche en sciences de la vie", avec un prix de 3 millions de dollars qui devait être versé par une Fondation mais qui l'a été en fait par une société et une banque exotique sur lesquels aucune explication n'a pu être donnée malgré une demande expresse à l'UNESCO de SHERPA et de Me William BOURDON, toutes choses restées sans explication qui déshonorent l'UNESCO pendant qu'en Guinée équatoriale la situation des hôpitaux est catastrophique et que c'est grâce à des dons faits pas la CHINE que l'hôpital de NIEFANF a pu être financé par le gouvernement chinois.

On sait que pendant deux décennies, le gouvernement équato-guinéen a de manière générale laissé passer cette chance en investissant de manière insuffisante dans le secteur social par rapport aux autres pays aux revenus similaires, et en faisant des dépenses injustifiées dans des projets d’investissement, tels que les nouveaux hôpitaux La Paz sophistiqués à Malabo et Bata, dénoncés par Human Rights Watch car bénéficiant exclusivement aux élites fortunées, plutôt qu'en matière de soins primaires qui profitent à la majorité des citoyens.

 

Quelques images résument particulièrement bien la situation sanitaire et la qualité des installations médicales dans ce pays 4ème en matière de ressources pétrolières et toujours dans les premières places en matière de corruption. Voilà ce que donne un pays à vivre à ses habitants lorsque la véritable opposition a été obligée de choisir l'exil pour avoir la vie sauve, c'est ce qu'on fait plus de 250.000 équato-guinéens qui ne pouvaient pas s'exprimer démocratiquement par leur vote pour changer les choses et sachant le sort qui leur serait réservé par la dictature, ils ont préféré fuir ce pays en abonnant tous leurs biens pour avoir la vie sauve et c'est de là que je vous parle en attendant notre retour dans le pays pour participer à un renouveau démocratique tant espéré par la population, sachant que la COALITION CORED représente une Fédération de 21 partis politiques en exil.

Leer más

OBIANG NGUEMA NE PEUT ÊTRE LE MÉDIATEUR DE QUI QUE CE SOIT

28 Diciembre 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

Une personne qui n'admet pas de divergences ou de tendances dans son sein n'est pas en mesure de médier un conflit interne dans un autre pays.
Que conseillera Watara? Arrêtez Guillaum soro? Puisque c'est la seule chose qu'il sait faire, liquider l'opposant, kidnapper des dissidents à l'étranger.
une personne qui a soutenu Bagbó pour des millions de dollars pour l'achat de mercenaires. Qu'essayez-vous de faire maintenant en Côte d'Ivoire?

Les services font état d’un trésor de guerre de Gbagbo conservé en Guinée équatoriale pour son exil. Le Président Obiang Nguema Mbasogo adversaire du multipartisme et spécialiste de l’éradication de l’opposition dans son pays et même en exil pour les opposants réfugiés politiques à l’étranger contre lesquels des kidnappings à l’étranger ont été organisés pour les conduire directement à la prison de Malabo et pour des tentatives d’assassinats contre les opposants en exil ont été déjouées veut intervenir comme médiateur entre l’opposition et le parti au pouvoir... dans ce conflit entre  le pouvoir en place et son principal opposant !                 http:// https://www.7info.ci/teodoro-obiang-nguema-en-pompier-entre-ouattara-et-soro/
Le trésor de guerre (2012) serait de 200 à 250 millions d’euros dépensés depuis... et Obiang fera tout pour qu’on ne lui réclame pas... il offrira l’hospitalité à Gbagbo comme il l’a fait pour le Sheik déchu Alagi YAHYA JAMMEH qui a choisi la Guinée Equatoriale pour s’exiler et qui s’est fait déposséder de tout ce qu’il avait réussi à emporter par OBIANG...

Leer más

ULTIMA HORA - VISTO PARA LA SENTENCIA.

16 Diciembre 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

             

 

                                           

 

Llegados en la fase del "crepúsculo" del tribunal correccional, en la causa de los Bienes Mal adquiridos. el ministerio público ha solicitado para el encausado TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE, a la pena de

1.- 4 años de condena firme,

2.-Orden de búsqueda y captura internacional

3.- 30 millones de multa a pagar y

4.- La confiscación de todos los bienes hasta que caiga el régimen y dichos bienes serán devueltos a Guinea Ecuatorial.

llegados a éste punto, solo esperamos la sentencia definitiva. Y hasta entonces, nos felicitamos, todos los miembros de la federación de asociaciones que formamos la CORED, por el esfuerzo y la persistencia durante todos estos años.

- el audista del PDGE, llamado OCHIRA,   dijo que vendrán aquí a secuestrarnos " one by one", y nosotros la CORED, les prometemos que, a Teodorín y todos sus acompañantes les detendremos "five by five", y a todos, por abuso de poder, por corrupción y por todo lo que la justicia popular del pueblo de Guinea Ecuatorial contemple.

            Que Dios proteja al pueblo de Guinea Ecuatorial.

 

Leer más

EL DICTADOR OBIANG TOMA EL PODER EN EL CONSEJO EJECUTIVO DE LA UNESCO

1 Diciembre 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

Con millones de dólares donados a la UNESCO para diversos pretextos, el dictador OBIANG NGUEMA MBASOGO, que deja la presidencia del Consejo Ejecutivo de la ONU, se traslada a la Presidencia del Consejo de la UNESCO mientras está en su país. La escuela primaria está dando sus frutos, evitando así que muchos niños asistan a la escuela, y el acceso a la atención primaria priva a la población de medicamentos.

 

El tentáculo dictatorial que ha gobernado Guinea Ecuatorial de manera inequívoca e impunidad desde que llegó al poder en un golpe de estado, el dictador quiere establecer su imagen diplomática para permitirle ocultar la corrupción y la miseria que se derivan de su mala gestión.

Actualidad sobre un pueblo privado de democracia durante 40 años.

Al nombrar al Sr. Agapito MBA MOKUY como Presidente de la Junta Ejecutiva de la UNESCO, los delegados de esta Agencia de la ONU han olvidado que el que votaron representa a un estado cuyo presidente tiene manos ensangrentadas y practica regularmente la tortura. y los asesinatos, ya que se acaba de recordar a PARIS ante el Tribunal Penal en ausencia del hijo OBIANG, que debería haber estado presente pero prefirió ser representado por su abogado.

Tener un Presidente del Consejo Ejecutivo que representa una dictadura que ha establecido un falso sistema multipartidista con elecciones o solo una persona puede votar con las listas de personas que se supone que representa, nos sorprende que el Presidente haya no el 100% de los votantes a su favor, los demás, por supuesto, están en prisión o han dejado este mundo gracias al maltrato sufrido en la prisión de BLACK BEACH, como acabamos de enterarnos ante el Tribunal de París.

Se han escuchado relatos insoportables de tortura con clavos arrancados, tortura de helicópteros y ejecuciones de opositores, como lo demuestra la lista de 310 personas asesinadas por el régimen para mantenerse en el poder al violar la ley. Fundamental y erradicar mediante arrestos arbitrarios, tortura y opositores de los cuales 250,000 personas han huido del régimen para no ser asesinados.

Queda un hecho, el dictador OBIANG NGUEMA MBASOGO, cuyos representantes se revuelcan en los escaños de la ONU en el Consejo de Seguridad o en el Consejo Ejecutivo, no respeta las convenciones internacionales, como lo demostró en su ausencia como Ministro de Relaciones Exteriores. Trasladar la embajada en Francia desde Guinea Ecuatorial desde Boulevard de Courcelles hasta FOCH Avenue sin autorización previa del Quai d'Orsay.

Pero lo más grave está en otra parte de los actos cometidos por el estado que representa que son el fruto de la dictadura de OBIANG:

- asesinando a representantes de la oposición en el exilio como lo hizo en LONDRES con el presidente de la oposición, el Sr. Salomón ABESO NDONG.

- secuestrando a opositores políticos refugiados en España e Italia tal como lo hizo por:

- Francisco MICHA OBAMA, ecuatoguineano, refugiado político en España
- Fulgencio OBIANG ESONO, ecuatoguineano, refugiado político en Italia, ambos invitados por empresarios italianos a venir a TOGO, han sido arrestados tan pronto como llegaron, secuestrado y puesto en un avión Falcon fletado por el Estado ecuatoguineano en el que se encontraba el Ministro de seguridad ecuatoguineano, con destino a la prisión de BLACK BEACH en MALABO.

y muchos más recientemente en TOGO ... y con total impunidad con la bendición criminal de aquellos que votaron por el Sr. Agapito MBA MOKUY, quienes deben saber que el Presidente OBIANG ni siquiera respeta los decretos de amnistía que firma y que tienen la intención de darle una estatura de demócrata para ocultar la de criminal.

Dichas acciones violan todos los acuerdos internacionales y, en particular, la Convención de las Naciones Unidas de 28 de julio de 1951 sobre el estatuto de los refugiados, conocida como la Convención de Ginebra, y tiene como objetivo obstaculizar la acción de la justicia francesa en el contexto del caso del soborno transnacional del hijo de OBIANG, todo lo cual debe denunciarse ante las Naciones Unidas y la comunidad internacional, que ya no se reconoce en el sistema de las Naciones Unidas.

Incluso EE. UU. Ha comenzado este movimiento de retirada, que es una negación de la forma actual en que operan las Naciones Unidas y sus agencias, dejando el Consejo de Derechos Humanos que no defiende a los pueblos oprimidos como el de Guinea. Acuerdo ecuatorial y climático violado por la familia del presidente ecuatoguineano que se ha enriquecido con la deforestación masiva de la selva tropical descubierta a través de fotos satelitales, como si el petróleo alquilara y se beneficiaran abundantemente individualmente no fue suficiente para la familia OBIANG, mientras que el 80 por ciento de la población vive por debajo del umbral de pobreza.

Las ONG no olvidan que el Sr. AGAPITO MBA MOKUY fue quien trató de explotar a la UNESCO al crear para su presidente el premio UNESCO OBIANG NGUEMA MBASOGO para la investigación en ciencias de la vida, frente a la protesta. y la presión internacional, al eliminar el nombre del dictador, permitiendo así al Sr. AGAPITO MBA MOKUY entregar un cheque de 3 millones de dólares en un banco offshore y una compañía offshore en lugar de un cheque del Gobierno.

Al mismo tiempo, debe recordarse que fue durante un Consejo de Ministros celebrado el 11 de marzo de 2016 y presidido en persona por el dictador Obiang Nguema Mbasogo que se decidió sin ninguna dificultad,  que Guinea Ecuatorial proporcionaría asistencia financiera a la UNESCO estimada en $ 500,000.

Mientras tanto, en Guinea Ecuatorial, la escuela no es gratuita, al contrario de lo que está escrito en la Ley Fundamental que el Presidente escribió con su mano, mientras que el acceso a la atención médica no existe para la población que no puede darse el lujo de comprar los medicamentos y, por lo tanto, tratarse a sí mismos mientras se distribuyen millones de dólares para hacer creer la generosidad del dictador y su interés en el campo de la salud, mientras que su gente no tiene el significa acceder a la cultura a través de la escuela primaria que paga y cuida a precios inaccesibles, misiones esenciales olvidadas que han permitido gracias a la cortina de humo en la comunicación creada por sus asesores para ocultar la verdad a millones dólares.

No, no es muy hermoso lo que acaba de suceder en la UNESCO, cuando sabemos que este dinero se distribuyó al más alto nivel, podemos preguntar qué tan lejos llegamos en esta área y cuáles son los compromisos que han llevado a un resultado tal que desafía el entendimiento de permitir que un representante de la dictadura de un país o la ausencia de democracia sea la regla absoluta durante 40 años, para sentarse como Presidente del Consejo Ejecutivo de la UNESCO.

Es hora de que estas organizaciones se unan y limpien a los buenos representantes para establecer buenas prácticas con la transparencia financiera que es necesaria en todas las instituciones internacionales que deben trabajar para los ciudadanos y en beneficio de las personas. En este sentido, las Naciones Unidas deben ser algo diferente a la "gran cosa" ya denunciada por el General de Gaulle en ese momento, pero una vez más convertirse en un lugar para el desarrollo real de la cultura, la ciencia y la comunicación, en completa transparencia.

"Es en la mente de las mujeres y los hombres que deben levantarse las defensas de la paz" "La educación transforma vidas y es el núcleo de la misión de la UNESCO de construir la paz, la paz y la paz erradicar la pobreza y promover el desarrollo sostenible ", dice la organización que ha hecho de la educación su principal batalla.

En esta área, a pesar de los ingresos petroleros, en Guinea Ecuatorial, ¡todo queda por hacer!

 

Leer más

EL TRIBUNAL CORRECCIONAL DE PARIS, DICTA SENTENCIA SOBRE LA QUERELLA JAMES NGUMU MUNGAGA CONTRA LA CORED.

6 Octubre 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

 

Hoy día 4 de octubre del 2019, nosotros la Coalición para la Restauración de un estado democrático en la República de Guinea ecuatorial (CORED), en el tribunal correccional de París, se ha dictado la sentencia de la querella por difamación interpuesta por JAMES NGUMU contra nuestra organización política, en la persona del coordinador General y secretario de acción Política Don Salomon Abeso Ndong, bajo la incitación de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo y Miguel Oyono Ndong Mifumu; el tribunal correccional declaró ABSUELTO a la CORED y su coordinador General, al mismo tiempo negaba la competencia del pleito y declarando culpable al mencionado JAMES NGUMU, quien tiene que pagar los daños y perjuicios a la CORED, según el articulo 700 del código penal francés; también tendrá que pagar los costes procesales y demás impuestos del gobierno.

¿...y quién es James Ngumu?

 

 

JAMES NGUMU, dice ser periodista nacido en la república democrática del Congo, se auto proclama "mobutista" y se encuentra afincada en Francia como exiliado político opuesto al régimen de Kabila, según nuestras investigaciones, éste se acercó a la embajada de Guinea Ecuatorial en París como fotógrafo hasta que el embajador de Obiang Nguema en Francia le convirtiera en director de prensa de la embajada, se le han visto dirigiendo las diferentes rueda de prensa del Miguel Oyono junto a Alfonso Nsue Mokuy.

Nuestro primer encuentro con éste sujeto fue en una conferencia de prensa en el hotel concord Monparnase en París, cuando éste empezó a realizar preguntas para intentar desacreditar a nuestra organización queriendo desmantelar todas las acusaciones que estábamos mostrando al mundo del tipo de asesino que gobierno Guinea Ecuatorial. al final del evento se nos acercó y dijo que iba a Malabo para dar cuenta al presidente de nuestra rueda de prensa, nos hizo unas fotos que dos días después ya nos exhibían por la televisión de Guinea ecuatorial acompañado de comentarios despectivos.James Ngumu ha tratado de corromper a cada miembro de nuestra organización por separado y con mentiras, manipulaciones y noticias falsas. Comió el coco a Emily Nchama Yarh hasta conseguir llevarle a Guinea Ecuatorial, también al abogado Fermín Nguema Esono, al parecer por cada miembro de la oposición que lleve James a Obiang, tiene un reembolso millonario, a fecha de hoy ya conocemos que los conocidos opositores que fueron a Guinea Ecuatorial en la quinta mesa de dialogo, James Ngumu se había contactado con ellos, se le han visto en secreto en Madrid hace meses atrás, al parecer estaba en contacto secreto con algún grupo político de la oposición.

James Ngumu Munganga, jugó un papel muy sucio en la quinta mesa de dialogo en Malabo, su padre Obiang le pidió organizar una falsa comisión de la Unión africana, cosa que siempre hacen cuando celebran alguno que otra elección en Guinea Ecuatorial, James suele meterse en Chatau rouge y buscar a unos compatriotas suyos muertos de hambre en Paris, con mejor aspecto quienes Miguel Oyono suele pagar el pasaje para viajar a Guinea, y aparecen pomposamente en Malabo como una importante delegación, mostrado por la televisión de Guinea Ecuatorial, cuando de verdad son auténticos nulanganos de barios bajos de Paria o Bruselas.

Esta vez el juego le ha salido muy mal al toparse con unos "huesos", que no le han permitido el juego durante estos dos últimos años y han adoptado el ultimo plan de expulsar a la coalición CORED en Francia, mediante una serie de acusaciones falsas, 1º fue el patriarca, el viejo Obiang Nguema quien querelló contra Salomon Abeso Ndong, éste ultimo le ganó y le tiene que pagar 5.000 euros, cosa que hasta ahora no ha satisfecho, pero esperamos y podríamos añadir más ceros a esa cifra. Ahora el periodista mercenario congoleño que también ha sido abatido ante la justicia francesa y condenado a pagar daños y perjuicios a la cored, nos reservamos a plantearlo por ahora y próximamente tenemos el juicio contra Teodorín Nguema Obiang e incluso lo intentó Raimundo Ela, pero se retractó a conocer bien con quienes intentaba provocar, pelear la CORED , sabe... 

Después del proceso de los bienes mal adquiridos, éste es el tercer juicio que hemos vuelto a ganar una vez mas al dictador, así como a sus hijos,  tanto a Teodoro Nguema Obiang como a los que dicen ser hijos adoptivos o endosados suyos.

Como es bien sabido, el dictador Obiang Nguema quiere o esta creando en nuestra organización un especie de maniobras de distracción para querer desviarnos de nuestro cometido y tenernos entretenido en los tribunales franceses, pero se ha equivocado, porque la CORED, está preparada física y mentalmente para cualquiera manipulación  o maniobras suyas.

queridos compatriotas, estamos luchando por una causa justa, nuestra determinación y firme continuidad en la lucha contra el régimen despótico está más que asegurada en nosotros. lucharemos hasta las ultimas consecuencias.

LA VICTORIA ES NUESTRA.

Leer más

MANIFESTACIÓN EN CONTRA DE LAS SERIAS VIOLACIONES DE LOS DERECHOS CIVILES EN GUINEA Y EN LA DIASPORA - CORED CONFIRMA SU APOYO Y ASISTENCIA.

31 Agosto 2019 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 


Fb-Button

Fecha: 12 de Setiembre 2019
Hora: 10.00h a.m. a 1.00h p.m. 
Lugar: Embajada de Guinea Ecuatorial en Londres, 13 Park Pl, St. James’s, London SW1A 1LP


La Comunidad guineoecuatoriana en el Reino Unido da a conocer al Gobierno del Reino Unido, a la comunidad internacional y sus medios de comunicación que ya no nos vamos a quedar cayados ante la grave violación de nuestros derechos civiles; 40 años de dictadura, corrupción, tortura, asesinatos, kleptocracia y terror SON SUFICIENTES.

El 3 de agosto de 2019 se cumplieron 40 años de dictadura encabezada por Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, convirtiéndose en la dictadura más larga de la historia moderna y una de las más inmorales.

Los ciudadanos guineoecuatorianos no podemos permanecer cayados cuando nuestros derechos son violados diariamente por el gobierno y sus asociados. Nuestros derechos civiles y humanos son negados en casa, donde sufrimos uno de los gobiernos más opacos del mundo; y en la diáspora, carecemos de una representación diplomática que sea seria y profesional. Incluso aquí, en la embajada del Reino Unido, la corrupción y la violación de los derechos civiles de los guineoecuatorianos es rampante.

Así pues, nos gustaría invitar a su organización a nuestra primera manifestación en el Reino Unido, contra el abuso de poder y la tiranía de nuestro gobierno en suelo británico. En este día presentaremos nuestra súplica a nuestro gobierno y la comunidad internacional.

Nosotros, como ciudadanos del mundo y residentes en el Reino Unido, hacemos una llamamiento al pueblo británico y a la Comunidad internacional para que nos apoyen a denunciar los abusos del gobierno de Guinea Ecuatorial. Les instamos también a que apoyen los movimientos sociales e individuales que arriesgan y pierden la vida por democratizar nuestra sociedad en Guinea Ecuatorial.

¡Una injusticia hacia uno, es una injusticia hacia todos!

Atentamente,

Comunidad guineoecuatoriana en el Reino Unido.

CORED, La Coalición para la Restauración de un Estado Democrático en la República de Guinea Ecuatorial, apoya la iniciativa de nuestros compatriotas en el Reino Unido y ratificamos nuestra asistencia en tan importante evento, por vez primera en el suelo británico. 

Leer más
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>