Overblog
Seguir este blog Administration + Create my blog
COALICIÓN CORED

MENSAJE DE FELICITACIÓN DE LA CORED AL PUEBLO DE GUINEA ECUATORIAL, CON MOTIVO DE LAS FIESTAS NAVIDEÑAS Y EL PROXIMO AÑO 2021.

25 Diciembre 2020 , Escrito por CORED Etiquetado en #COMUNICADOS.

 

Distinguidos compatriotas:

Queridos amigos del pueblo de la República de Guinea Ecuatorial.

La Coalición para la Restauración de un Estado Democrático en la República de Guinea Ecuatorial (CORED), felicita efusivamente al pueblo de la República de Guinea Ecuatorial por las fiestas navideñas y el próximo año 2021.

Estamos terminando un año convulso, una convulsión que ha paralizado nuestra lucha hacia la libertad de nuestro pueblo, la misma convulsión nos ha hecho descubrir la clase de dirigentes que gobiernan nuestro país, hacemos mención al déspota Teodoro Obiang Nguema y su banda del PDGE.

En éste tiempo que llevamos con la pandemia del Covid-19, ha sido un momento de aprendizaje para que en el futuro sepamos convivir con éste virus y así no volver a estar paralizados en la lucha. La pandemia del covid-19, ha supuesto un alivio para el dictador Obiang Nguema Mbasogo para imponer un control férreo sobre la población. Queremos por lo tanto mandar un mensaje de esperanzas para nuestro pueblo y que sepan que la lucha para la libertad de nuestro pueblo sigue, y que a partir del próximo año intensificaremos las acciones encaminadas para tal fin.

El Gobierno dictatorial de Guinea Ecuatorial ha vuelto a sacar de la manga una ley de confinamiento durante las fiestas navideñas.

El decreto número 107/2020, de fecha 21 de diciembre, la dictadura dice haber conseguido controlar y contener la pandemia del COVID-19 y aun con eso, vuelven a intensificar las restricciones de movilidad de la población durante las festividades de Navidad y el Año Nuevo.

El regimen dictatorial que dirige el déspota Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, está ensayando un confinamiento de diseño para ir introduciendo leyes liberticidas que manipulan ideológicamente al pueblo de la República de Guinea Ecuatorial, e imponiendo cauces de confinamiento sin debate con la oposición o la sociedad civil, sin escuchar ni atender a la población que se confina y es más, les niegan hablar.

En primer lugar, resalta la “PANDEMIA SANITARIA” de un virus real que extrañamente se ha expandido por todo el mundo, sin reparo de lenguas ni cultura, pero incidiendo como siempre en los más desfavorecidos.

El regimen dijo en su propaganda permanente a la sociedad guineana que, el vice de su padre había adquirido un medicamento carísimo que cura el virus, pero hasta ésta parte el referido medicamento no aparece en ningún hospital del país. La famosa infusión de Madagascar adquirido por el regimen ha resultado ser uno más de estupideces y estafas del regimen a las arcas del estado.

En segundo término, la "PANDEMIA POLÍTICA", en la que "Obiang Nguema Mbasogo  tiene en un puño a nuestro país, con medidas dudosas e intermitentes, que no responden tantas veces a su eficacia sanitaria sino al cálculo oportunista de los controles demagógicos" que están basados en "mentiras repetidas, tramposos paternalismos que cercenan la libertad, censuran la protesta legítima impidiéndola, mientras se ensaya un confinamiento de DISEÑO.

Este último confinamiento coincide con un importante despliegue militar en todas las fronteras del país, y en todos los poblados de la franja norte de Rio Muni; Obiang siente una potente fobia de un golpe de Estado, sobre todo en los momentos navideños y eso le ha obligado a inventar historietas inverosímiles y que no han convencido a nadie.

 -1º inventó una historia de conflicto fronterizo con Camerún, e incluso pagó a un periódico digital “prensa latina” para informar la falsa historia de unas escaramuzas entre los ejércitos de Camerún y Guinea Ecuatorial, hubo mucha movida y paseos campestres en la zona de Ebebiyin y Kie Ossi; CORED, fue al estudio de la situación y llegamos a la conclusión de que,  Obiang lo manipuló todo para conseguir que el estado camerunés le blindase la frontera y así poder dormir tranquilo.

-Después, la "PANDEMIA LABORAL", que destruye puestos de trabajo, empresas y pequeños negocios, que no deja a las mujeres de los poblados ir a exponer sus productos en el mercado, "Esto origina no sólo la vulnerabilidad social de un pueblo confinado ideológicamente, sino la tristeza desesperada de tantas familias que ven caer lo que con tanto esfuerzo y generosidad habían ido construyendo a través del tiempo", no es cosa del presente, ha sido el pensamiento político de Obiang Nguema, por eso empobreció a nuestro pueblo, porque … "una sociedad empobrecida y sin trabajo es una sociedad manipulable, convirtiéndose en rehenes al dictado de quienes les  han vapuleado hasta noquearlos en el más desarmado desarme sin que puedan rechistar bajo las amenazas penalizadoras".

Miedo, tristeza y desesperanza.

Finalmente, "la pandemia personal", que "suscita miedo, tristeza y desesperanza en tanta gente. La Coalición para la Restauración de un Estado Democrático en la República de Guinea Ecuatorial CORED, asegura que en nuestro país no nos encontramos sólo ante una emergencia sanitaria por la COVID-19, sino ante una EMERGENCIA NACIONAL, en la que el Gobierno está imponiendo un prolongamiento de su regimen dictatorial y llevarnos a un aniquilamiento de la vida social en nuestro país. El tirano Teodoro Obiang, ha convertido a Guinea Ecuatorial en un Estado sin ley, sin derechos fundamentales, donde las libertades están coartadas, está utilizando esta situación de debilidad de los guineo-ecuatorianos para imponer su voluntad.

Ante esta situación, desde la CORED nuestro cometido obligado es ACTUAR;  actuaremos a partir de éste año que vamos a empezar, en diferentes frentes: el primer frente es el que corresponderá a las instituciones internacionales, crearemos una SECRETARÍA DE RELACIONES INTERNACIONALES, para llevar a cabo una ofensiva diplomática como nunca lo habíamos hecho.

El segundo frente, aunque ya existía como frente judicial, lo reforzaremos convirtiéndolo en una SECRETARIA DE ASUNTOS JURÍDICOS, con ésta nueva herramienta en las estructuras de la CORED, recabaremos información a través de las fiscalías, relatores, lanzadores de alertas y de los ciudadanos que colaboran con la CORED, a fin de saber qué ocurre en nuestro país con respecto a las oleadas de muertes, corrupción endémica, inseguridad ciudadana y la inmoralidad social que padece nuestra sociedad. Perseguiremos en estancias internacionales a los violadores de los derechos humanos, torturadores y secuestradores que cumplen órdenes de un dictador asesino y criminal.

El tercer frente, será en el ámbito de la comunicación, trabajaremos que la voz de la oposición se escuche en todos los rincones del país. La CORED. Denunciamos que el regimen está cortando la voz de la oposición encriptando las páginas web de la oposición dentro del país. A partir del nuevo año, lanzaremos información a través de las redes para explicar la situación a la población y decirles que ante esta dictadura, saldremos de ella.

La coalición CORED, queremos remarcar que necesitamos mantenernos unidos y necesitamos un Gobierno de emergencia nacional formado por técnicos en materia de seguridad, materia de sanidad y materia económica, para sacar adelante hoy lo urgente e inmediato que es para la pandemia y después para las gravísimas consecuencias económicas y sociales.

Tenemos que movilizarnos para no permitir que algunos estén aprovechando esta situación de emergencia para imponer un control a la población por miedos infundados de un permanente y esperada “golpe de estado”, para acabar con las libertades de expresión, de reunión, de culto o ideológica.

LA CORED LES DESEA FELICES FIESTAS NAVIDEÑAS Y UN PROSPERO AÑO NUEVO 2021

Debido al coronavirus hay que celebrar a distancia, tomar medidas de prevención para cuidar nuestra salud y la de nuestros seres amados.

                                    MUCHAS GRACIAS.

Leer más

Detienen en Dubái al cuñado de Teodoro Obiang por el 'caso Villarejo'

24 Diciembre 2020 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

Detienen en Dubái al cuñado de Teodoro Obiang por el 'caso Villarejo'

Exdirectivo de la empresa Gepetrol, la investigación sitúa a Cándido Nsue como responsable del encargo al comisario que dio origen a la causa y de invertir en España cantidades millonarias de origen ilícito.

Las autoridades de Dubai han arrestado en ese territorio al exdirector general de la empresa petrolera guineana Gepetrol, Cándido Nsué Okomo, según informan a Vozpópuli fuentes policiales y jurídicas. Cuñado del dictador guineano Teodoro Obiang, pesaba sobre él una orden de detención internacional en el marco del caso Villarejo dictada por el titular del Juzgado central de Instrucción número 6 de la Audiencia Nacional, Manuel García Caste.

Anticorrupción destapa una organización criminal de Guinea que blanquea en España

La Audiencia Nacional y la Fiscalía Anticorrupción consideran que Cándido Nsué Okomo estaba detrás del encargo de contratar al excomisario José Villarejo a cambio de 5,3 millones de euros. El trabajo consistía en investigar a Gabriel Mbega Obiang, uno de los hijos del presidente Teodoro Obiang. Buscaban información comprometedora para perjudicarle en la lucha de sucesión entre clanes de la familia. El nexo entre los guineanos y Villarejo era un empresario español llamado Francisco Menéndez Rubio, quien llevó ante la Fiscalía los detalles de ese encargo llamado Proyecto King.  

Además, este periódico informó en mayo que en el marco de estas pesquisas el magistrado sigue el rastro de 24,2 millones de euros que jerarcas de la dictadura de Guinea Ecuatorial sacaron de ese país vía Seychelles y, previo paso por Suiza, acabaron en España de forma irregular. Así se deduce de varias comisiones rogatorias emitidas por el país helvético en poder de los investigadores españoles.

Según las fuentes policiales consultadas por este periódico, Cándido Nsue Okomo, de 43 años de edad y hermano de la primera mujer de Teodoro Obiang (Constancia Mangue Nsue Okomo) , fue detenido la semana pasada en Dubai. La Fiscalía anticorrupción afirma que a partir del año 2010 este individuo y otros compatriotas comenzaron a invertir en España fondos que tenían su origen último en negocios ilícitos desarrollados principalmente en el ámbito del sector del petróleo. 

Gepetrol

Se valían de sus puestos de dirección en la empresa pública guineana Gepetrol para desviar estos fondos ilícitamente obtenidos a empresas radicadas en paraísos fiscales para posteriormente hacerlos llegar a otros países de la Unión Europea. Para ello usaban presuntamente otras empresas pantalla y testaferros de la máxima confianza, mediante los cuales realizaron inversiones de grandes capitales, entre otros, en el sector inmobiliario.

Uno de estos testaferros era Francisco Menéndez Rubio, que se refería a Cándido Nsue como su “jefe”. El juez García Castellón ya ha procesado a Menéndez Rubio por la Pieza 1 del caso Villarejo junto al ex-comisario del aeropuerto de Barajas, Carlos Salamanca. Les acusa de facilitar la entrada ilegal en territorio español de empresarios ecuatoguineanos vinculados a Gepetrol a cambio de dádivas y regalos.

En los archivos policiales consta que Cándido Nsue Okomo pasó por el aeropuerto de Madrid-Barajas en al menos tres ocasiones, el 3 de septiembre de 2013 procedente de Dubai (donde ha sido finalmente detenido), y las dos siguientes procedente de Guinea Ecuatorial los días 13 de octubre de 2013 y 17 de marzo de 2014.

https://www.vozpopuli.com/espana/dubai-cunado-teodoro-obiang-villarejo_0_1421858361.htm

CORED.

Ante todo éste panorama desolador, algunos del regimen incluyendo el mismo dictador Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, y otra pseudo-oposición en el exilio, prefieren a que miremos por otro lado, que riamos las gracias del dictador o que nos apartemos de la política para dar vía libre a los que quieren pactar una transición de engaño al soberano pueblo de la República de Guinea Ecuatorial.

Ante un regimen ladrón, mísero y desastre como éste, lo que le queda a la verdadera oposición es combatirla con todos las herramientas a nuestro alcance, de Obiang Nguema y su estirpe no esperamos más que relatos que hemos leído más arriba del prestigioso periódico digital vozpopuli, relatos de despilfarro, de crimen organizado y de un grupo de bandidos que gestionan un estado como si se tratase de unos cárteles colombianos en los años de Pablo Escobar.

Y por parte nuestra, no van encontrar otra cosa que una oposición de la más dura que han tenido nunca. CORED les combatirá enérgicamente hasta la erradicación por completo de ése clan mafioso y para restaurar un regimen de libertad y democracia en nuestra república.

Leer más

OBIANG RECOIT UNE GIFFLE JURIDIQUE DE LA PART DE LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE.

19 Diciembre 2020 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

                                 

 

En 3 lignes la Cour Internationale de Justice (CIJ) vient de balayer des années de procédures inutiles intentées par le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO en refusant l'immunité diplomatique du fils OBIANG et ce 11 décembre 2020 en refusant également de reconnaître à l’immeuble de l'Avenue FOCH le statut de locaux de la mission diplomatique alors qu'elle était logée Boulevard de Courcelle
COUP DOUBLE : Le 11 décembre  à 16 heures, la Cour Internationale de Justice, organe suprême de la justice internationale de l'ONU a rendu son arrêt en 36 pages en exposant les méandres judiciaires dans lesquelles la cohorte d'avocats de la guinée équatoriale se sont vautrés depuis le 13 juin 2016 aidés en cela par l'Ambassadeur de Belgique afin de déposer au greffe de la cour internationale de justice une requête introductive d’instance au nom de la République de Guinée-équatoriale contre la république française au sujet d’un différend concernant :

1 - l’immunité de juridiction pénale du second vice président de la République de Guinée Equatoriale chargé de la défense et de la sécurité de l’État Teodoro Nguema Obiang Mangue.

2 - le statut juridique de l’immeuble qui abrite l’ambassade de Guinée équatoriale France temps comme locaux de la mission diplomatique que comme propriété de l’État.

Il aura fallu 3 lignes de textes sur les 36 pages du jugement de la Cour Internationale de Justice de La Haye, Organe suprême de justice de l'ONU pour savoir si un vice-président peut bénéficier de l'immunité qui est seulement réservée selon la Convention de Vienne au Président, aux Ambassadeurs et au Ministre des Affaires Étrangères, et si le pays demandeur peut imposer au pays d'accueil le choix du lieu de son ambassade, il aura fallu 1642 jours soit 4 ans, 5 mois et 28 jours, pour trancher la question,

Voici donc la décision fruit de cette très longue réflexion qui a permis l'enrichissement de ceux qui ont engrangé des procédures dilatoires et coûteuses qui ont duré pour l'affaire des biens mal acquis depuis le 1er mars 2007 (date du rapport CCFD) jusqu'à cette année devant la cour d'Appel de Paris, le 11 février 2020, autrement dit pendant 4729 jours soit 12 ans, 11 mois et 9 jours.

Tout ceci a permis aux avocats de se régaler financièrement dans des procédures particulièrement onéreuses qui représentent des années de salaires pour le peuple équato-guinéen dont 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins de 1,90$ , soi 1€57 par jour...

Déjà la Cour avait rejeté l'immunité diplomatique du fils OBIANG alors qu'en Guinée équatoriale une fois ce premier jugement rendu, tout le monde disait et écrivait le contraire pour ne pas l'offenser et ainsi d'aller directement à la prison de BLACKBEACH pour y subir le même sort que Roberto BERARDI, et qu'en définitive pour le statut de l'immeuble, la décision est tombée comme un couperet pour mettre fin à cette sinistre plaisanterie qui consiste à faire croire qu'un ambassadeur peut décider librement de l'implantation de son ambassade sans avoir l'autorisation du pays d'accueil, il fallait que ce soit un dictateur et ses sbires qui pouvaient penser cela, la Cour a répondu brièvement  : " la Cour ne peut faire droit à la demande de la Guinée équatoriale tendant à ce qu’elle déclare que la France est tenue de reconnaître à l’immeuble le statut de locaux de la mission diplomatique équato-guinéenne.

Par cet arrêt, la Cour vient de donner une fessée magistrale au fils OBIANG qui avec sa "soi-disant immunité" se croyait au dessus des Lois nationales et internationales et la Cour vient simultanément de donner une gifle juridique en pleine figure au président OBIANG NGUEMA MBASOGO, à sa famille et à son clan, le tout médiatisé par le site web de l'ambassade de Guinée équatoriale à Bruxelles qui a diffusé en direct simultané la retransmission depuis la CIJ de l'annonce du verdict de l'affaire dont on se rappellera l'imbécilité et la prétention avec laquelle l'ambassadeur Nvono-Ncá, en tant "qu'agent de la Guinée équatoriale pays devant la CIJ", a été responsable pendant tout ce temps de l'ouverture et de la clôture de chacune des sessions au cours desquelles il a essayé de nous faire croire à la légitimité de la cause pour laquelle sans rire, le site officiel de la Guinée équatoriale faisait état en parlant" de la défense magistrale de la Guinée équatoriale qui a laissé de grandes phrases mémorables, telles que celle-ci : la France vient à cette prestigieuse cour avec de fausses accusations contre la Guinée équatoriale. Messieurs de la délégation de la France, la dignité de mon chef d'État est intouchable. »

Elle est belle la dignité d'un président assassin (310+) soutenu par des complices prêts à dire n'importe quoi pour faire plaisir au dictateur...

Or il faut savoir que la mission diplomatique équato-guinéenne avenue FOCH n'a rien d'une ambassade, on y rentre sans avoir besoin de sonner ni d'avoir une clef, il suffit d'ouvrir la porte quand elle n'est pas déjà ouverte et là, personne pour vous accueillir au rez de chaussée et il faut gravir les escaliers pour trouver quelqu'un au 2ème étage qui est là avec son enfant et qui assure la permanence, ainsi qu'on a pu le découvrir par l'intrusion filmée de personnes qui entendaient revendiquer les lieux pour une cause africaine.

Ce film est visible avec le lien suivant : https://www.facebook.com/784632574934795/videos/175774006642117/

Dès le 29 octobre 2018, la CORED avait cru bon d'aviser par une lettre de 4 pages avec ce film à l'appui,  le Président et les membres de la  CIJ sur cette situation anormale alors qu'une revendication était déposée devant la Cour et que "cette vidéo réalisée sans le moindre montage ou trucage démontre que l'Ambassade de l'avenue FOCH ne ressemble en rien à une ambassade, car ce groupe d'africains a pu pénétrer dans l'enceinte de ladite Ambassade, sans avoir besoin de sonner ou de fracturer une porte ou une fenètre, et c'est une grande première dans le monde entier : on peut rentrer dans la soit-disant ambassade de l'avenue FOCH à PARIS 16ème sans sonner à la porte, sans avoir les clefs, sans le moindre accueil à la réception, car on entre dès le milieu de la matinée sans rencontrer le moindre chauffeur dans les véhicules de l'ambassade et de l'ambassadeur en stationnement dans la cour, sans rencontre le moindre vigile ou personnel d'accueil devant ou derrière la porte, sans le moindre sas de contrôle, sans le moindre employé au rez-de chausse, ni au premier étage, ni au second, voilà comment un immeuble qui est estimé à plus de 100 millions d'euros est utilisé..."

C'est dans ces conditions que la Haute Juridiction a pu relever que : "Pour qu’un bâtiment puisse être inviolable, il faut qu’il s’y déroule une activité diplomatique bien réelle, ont estimé les juges", par la bouche du juge ABDULQAWI Ahmed Yusuf qui a lu la sentence de la Cour au tribunal des Nations-unies, basé à La Haye (Pays-Bas), tandis que pour les avocats de la France, le 42, avenue Foch n’était rien d’autre que le « pied-à-terre somptueux » de Teodorin OBIANG, vice-président et fils du chef de l’État équato-guinéen", tandis que les avocats de la Guinée équatoriale, Me Jean-Charles TCHIKAYA en tête ainsi que Me Emmanuel MARSIGNY, se sont ridiculisés en soutenant le contraire ainsi qu'on peut le voir dans le film qui est dans toutes les mémoires, les robinets en or de l'ambassade ont arrosé les notes d'honoraires pour soutenir un fils de dictateur pendant que la population vit dans la pauvreté - voir le film : https://www.youtube.com/watch?v=S8kOOYu0Pe8&feature=youtu.be

Maintenant les choses sont claires, bien que la Cour de Cassation soit saisie, il n'y a aucun doute sur l'issue de la procédure abusive et dilatoire menée par les avocats, aussi l'Ambassadeur Miguel MIFUMU OYONO NDONG peut sérieusement se préparer prochainement à plier bagage et à abandonner les 111 pièces de l'Avenue Foch, le salon de coiffure, la salle de jeux, la discothèque et la baignoire aux robinets en or pour aller se réfugier dans son ancienne demeure boulevard de Courcelles qu'il n'aurait jamais dû quitter si, l'ambassadrice Mariola BINDANG OBIANG et le ministre des affaires étrangères M. Agapito MBA MOKUY en tant que diplomates sans connaissance du droit international ont cru qu'il suffisait de décrocher le drapeau de la Guinée équatoriale pour l'accrocher sur la facade de l'immeuble de l'avenue Foch et que la hampe du drapeau était une baguette magique qui permettait de transporter l'ambassade d'un point à un autre sans l'autorisation ou l'avis favorable du pays d'accueil.

Ce grand magicien Agapito MBA MOKUY évincé pendant un temps pour des raisons mystérieuses après avoir été ministre des affaires étrangères est revenu en FRANCE après une période d'exil pour pantoufler comme chef de la délégation de la guinée équatoriale à l'UNESCO, ce qui lui a permis avec la baguette magique dont on vient de parler pour le drapeau, d'accomplir un miracle qui est un véritable sacre pour la corruption pour son pays, champion des libertés en tous genres grâce à la dictature instaurée en Guinée équatoriale par un pouvoir sans partage ininterrompu pendant 41 ans par le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan, spécialistes de la corruption, ceci lui a valu la reconnaissance de ses pairs qui n'ont pas hésité un seul instant à le nommer comme Président du Conseil exécutif de l'UNESCO, c'est dire si ses compétences ont été aveuglément récompensées...

En effet, c'est lui "le grand inventeur" du prix UNESCO OBIANG NGUEMA MBASOGO transformé par la volonté de tous ceux qui se sont émus de voir le nom d'un dictateur assassin (310) accolé au nom de l'UNESCO et qu'il a fallu vite transformer en "prix UNESCO-GUINÉE ÉQUATORIALE pour la recherche en sciences de la vie", avec un prix de 3 millions de dollars qui devait être versé par une Fondation mais qui l'a été en fait par une société et une banque exotique sur lesquels aucune explication n'a pu être donnée

malgré une demande expresse à l'UNESCO de SHERPA et de Me William BOURDON, toutes choses restées sans explication qui déshonorent l'UNESCO pendant qu'en Guinée équatoriale la situation des hôpitaux est catastrophique et que c'est grâce à des dons faits pas la CHINE que l'hôpital de NIEFANF a pu être financé par le gouvernement chinois.

On sait que pendant deux décennies, le gouvernement équato-guinéen a de manière générale laissé passer cette chance en investissant de manière insuffisante dans le secteur social par rapport aux autres pays aux revenus similaires, et en faisant des dépenses injustifiées dans des projets d’investissement, tels que les nouveaux hôpitaux La Paz sophistiqués à Malabo et Bata, dénoncés par Human Rights Watch car bénéficiant exclusivement aux élites fortunées, plutôt qu'en matière de soins primaires qui profitent à la majorité des citoyens.

La situation sanitaire et la qualité des installations médicales dans ce pays 4ème en matière de ressources pétrolières et toujours dans les premières places en matière de corruption. Voilà ce que donne un pays à vivre à ses habitants lorsque la véritable opposition a été obligée de choisir l'exil pour avoir la vie sauve, c'est ce qu'on fait plus de 250.000 équato-guinéens qui ne pouvaient pas s'exprimer démocratiquement par leur vote pour changer les choses et sachant le sort qui leur serait réservé par la dictature, ils ont préféré fuir ce pays en abonnant tous leurs biens pour avoir la vie sauve et c'est de là que je vous parle en attendant notre retour dans le pays pour participer à un renouveau démocratique tant espéré par la population, sachant que la COALITION CORED représente une Fédération de 21 partis politiques en exil.

Leer más

OBIANG RECOIT UNE GIFFLE JURIDIQUE DE LA PART DE LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE

12 Diciembre 2020 , Escrito por COALICIÓN CORED Etiquetado en #ACTUALIDAD

 

OUP DOUBLE : Le 11 décembre  à 16 heures, la Cour Internationale de Justice, organe suprême de la justice internationale de l'ONU a rendu son arrêt en 36 pages en exposant les méandres judiciaires dans lesquelles la cohorte d'avocats de la guinée équatoriale se sont vautrés depuis le 13 juin 2016 aidés en cela par l'Ambassadeur de Belgique afin de déposer au greffe de la cour internationale de justice une requête introductive d’instance au nom de la République de Guinée-équatoriale contre la république française au sujet d’un différend concernant :

1 - l’immunité de juridiction pénale du second vice président de la République de Guinée Equatoriale chargé de la défense et de la sécurité de l’État Teodoro Nguema Obiang Mangue

2 - le statut juridique de l’immeuble qui abrite l’ambassade de Guinée équatoriale France temps comme locaux de la mission diplomatique que comme propriété de l’État

Il aura fallu 3 lignes de textes sur les 36 pages du jugement de la Cour Internationale de Justice de La Haye, Organe suprême de justice de l'ONU pour savoir si un vice-président peut bénéficier de l'immunité qui est seulement réservée selon la Convention de Vienne au Président, aux Ambassadeurs et au Ministre des Affaires Étrangères, et si le pays demandeur peut imposer au pays d'accueil le choix du lieu de son ambassade, il aura fallu 1642 jours soit 4 ans, 5 mois et 28 jours, pour trancher la question,

Voici donc la décision fruit de cette très longue réflexion qui a permis l'enrichissement de ceux qui ont engrangé des procédures dilatoires et coûteuses qui ont duré pour l'affaire des biens mal acquis depuis le 1er mars 2007 (date du rapport CCFD) jusqu'à cette année devant la cour d'Appel de Paris, le 11 février 2020, autrement dit pendant 4729 jours soit 12 ans, 11 mois et 9 jours.

Tout ceci a permis aux avocats de se régaler financièrement dans des procédures particulièrement onéreuses qui représentent des années de salaires pour le peuple équato-guinéen dont 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins de 1,90$ , soi 1€57 par jour...

Déjà la Cour avait rejeté l'immunité diplomatique du fils Obiang alors qu'en Guinée équatoriale une fois ce premier jugement rendu, tout le monde disait et écrivait le contraire pour ne pas l'offenser et ainsi d'aller directement à la prison de Blackbeach pour y subir le même sort que Roberto BERARDI, et qu'en définitive pour le statut de l'immeuble, la décision est tombée comme un couperet pour mettre fin à cette sinistre plaisanterie qui consiste à faire croire qu'un ambassadeur peut décider librement de l'implantation de son ambassade sans avoir l'autorisation du pays d'accueil, il fallait que ce soit un dictateur et ses sbires qui pouvaient penser cela, la Cour a répondu brièvement  : " la Cour ne peut faire droit à la demande de la Guinée équatoriale tendant à ce qu’elle déclare que la France est tenue de reconnaître à l’immeuble le statut de locaux de la mission diplomatique équato-guinéenne.

Par cet arrêt, la Cour vient de donner une fessée magistrale au fils OBIANG qui avec sa "soi-disant immunité" se croyait au dessus des Lois nationales et internationales et la Cour vient simultanément de donner une gifle juridique en pleine figure au président OBIANG NGUEMA MBASOGO, à sa famille et à son clan, le tout médiatisé par le site web de l'ambassade de Guinée équatoriale à Bruxelles qui a diffusé en direct simultané la retransmission depuis la CIJ de l'annonce du verdict de l'affaire dont on se rappellera l'imbécilité et la prétention avec laquelle l'ambassadeur Nvono-Ncá, en tant "qu'agent de la Guinée équatoriale pays devant la CIJ", a été responsable pendant tout ce temps de l'ouverture et de la clôture de chacune des sessions au cours desquelles il a essayé de nous faire croire à la légitimité de la cause pour laquelle sans rire, le site officiel de la Guinée équatoriale faisait état en parlant" de la défense magistrale de la Guinée équatoriale qui a laissé de grandes phrases mémorables, telles que celle-ci : la France vient à cette prestigieuse cour avec de fausses accusations contre la Guinée équatoriale. Messieurs de la délégation de la France, la dignité de mon chef d'État est intouchable. »

Elle est belle la dignité d'un président assassin (310+) soutenu par des complices prêts à dire n'importe quoi pour faire plaisir au dictateur...

Or il faut savoir que la mission diplomatique équato-guinéenne avenue FOCH n'a rien d'une ambassade, on y rentre sans avoir besoin de sonner ni d'avoir une clef, il suffit d'ouvrir la porte quand elle n'est pas déjà ouverte et là, personne pour vous accueillir au rez de chaussée et il faut gravir les escaliers pour trouver quelqu'un au 2ème étage qui est là avec son enfant et qui assure la permanence, ainsi qu'on a pu le découvrir par l'intrusion filmée de personnes qui entendaient revendiquer les lieux pour une cause africaine.

Ce film est visible avec le lien suivant : https://www.facebook.com/784632574934795/videos/175774006642117/

Dès le 29 octobre 2018, la CORED avait cru bon d'aviser par une lettre de 4 pages avec ce film à l'appui,  le Président et les membres de la  CIJ sur cette situation anormale alors qu'une revendication était déposée devant la Cour et que "cette vidéo réalisée sans le moindre montage ou trucage démontre que l'Ambassade de l'avenue FOCH ne ressemble en rien à une ambassade, car ce groupe d'africains a pu pénétrer dans l'enceinte de ladite Ambassade, sans avoir besoin de sonner ou de fracturer une porte ou une fenètre, et c'est une grande première dans le monde entier : on peut rentrer dans la soit-disant ambassade de l'avenue FOCH à PARIS 16ème sans sonner à la porte, sans avoir les clefs, sans le moindre accueil à la réception, car on entre dès le milieu de la matinée sans rencontrer le moindre chauffeur dans les véhicules de l'ambassade et de l'ambassadeur en stationnement dans la cour, sans rencontre le moindre vigile ou personnel d'accueil devant ou derrière la porte, sans le moindre sas de contrôle, sans le moindre employé au rez-de chausse, ni au premier étage, ni au second, voilà comment un immeuble qui est estimé à plus de 100 millions d'euros est utilisé..."

"Voilà ce qu'est l'Ambassade de la République de Guinée équatoriale en FRANCE, un lieu unique dans lequel on peut rentrer ou sortir sans la moindre difficulté... ce qui est un cas unique au monde et qui démontre si besoin est que cette Ambassade est une illusion d’optique juridique qui avait été mise en place pour tenter d’obtenir de votre juridiction l’immunité diplomatique du fils OBIANG, lequel a répandu depuis le début dans le pays que cette immunité lui avait été reconnue par votre Juridiction".

Maintenant les choses sont claires, bien que la Cour de Cassation soit saisie, il n'y a aucun doute sur l'issue de la procédure abusive et dilatoire menée par les avocats, aussi l'Ambassadeur Miguel MIFUMU OYONO NDONG peut sérieusement se préparer prochainement à plier bagage et à abandonner les 111 pièces de l'Avenue Foch, le salon de coiffure, la salle de jeux, la discothèque et la baignoire aux robinets en or pour aller se réfugier dans son ancienne demeure boulevard de Courcelles qu'il n'aurait jamais dû quitter si, l'ambassadrice Mariola BINDANG OBIANG et le ministre des affaires étrangères M. Agapito MBA MOKUY en tant que diplomates sans connaissance du droit international ont cru qu'il suffisait de décrocher le drapeau de la Guinée équatoriale pour l'accrocher sur la facade de l'immeuble de l'avenue Foch et que la hampe du drapeau était une baguette magique qui permettait de transporter l'ambassade d'un point à un autre.

Ce grand magicien Agapito MBA MOKUY évincé pendant un temps pour des raisons mystérieuses après avoir été ministre des affaires étrangères est revenu en FRANCE après une période d'exil pour pantoufler comme chef de la délégation de la guinée équatoriale à l'UNESCO, ce qui lui a permis avec la baguette magique dont on vient de parler pour le drapeau, d'accomplir un miracle qui est un véritable sacre pour la corruption pour son pays, champion des libertés en tous genres grâce à la dictature instaurée en Guinée équatoriale par un pouvoir sans partage ininterrompu pendant 41 ans par le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan, spécialistes de la corruption, ceci lui a valu la reconnaissance de ses pairs qui n'ont pas hésité un seul instant à le nommer comme Président du Conseil exécutif de l'UNESCO, c'est dire si ses compétences ont été aveuglément récompensées...

En effet, c'est lui "le grand inventeur" du prix UNESCO OBIANG NGUEMA MBASOGO transformé par la volonté de tous ceux qui se sont émus de voir le nom d'un dictateur assassin (310) accolé au nom de l'UNESCO et qu'il a fallu vite transformer en "prix UNESCO-GUINÉE ÉQUATORIALE pour la recherche en sciences de la vie", avec un prix de 3 millions de dollars qui devait être versé par une Fondation mais qui l'a été en fait par une société et une banque exotique sur lesquels aucune explication n'a pu être donnée malgré une demande expresse à l'UNESCO de SHERPA et de Me William BOURDON, toutes choses restées sans explication qui déshonorent l'UNESCO pendant qu'en Guinée équatoriale la situation des hôpitaux est catastrophique et que c'est grâce à des dons faits pas la CHINE que l'hôpital de NIEFANF a pu être financé par le gouvernement chinois.

On sait que pendant deux décennies, le gouvernement équato-guinéen a de manière générale laissé passer cette chance en investissant de manière insuffisante dans le secteur social par rapport aux autres pays aux revenus similaires, et en faisant des dépenses injustifiées dans des projets d’investissement, tels que les nouveaux hôpitaux La Paz sophistiqués à Malabo et Bata, dénoncés par Human Rights Watch car bénéficiant exclusivement aux élites fortunées, plutôt qu'en matière de soins primaires qui profitent à la majorité des citoyens.

 

Quelques images résument particulièrement bien la situation sanitaire et la qualité des installations médicales dans ce pays 4ème en matière de ressources pétrolières et toujours dans les premières places en matière de corruption. Voilà ce que donne un pays à vivre à ses habitants lorsque la véritable opposition a été obligée de choisir l'exil pour avoir la vie sauve, c'est ce qu'on fait plus de 250.000 équato-guinéens qui ne pouvaient pas s'exprimer démocratiquement par leur vote pour changer les choses et sachant le sort qui leur serait réservé par la dictature, ils ont préféré fuir ce pays en abonnant tous leurs biens pour avoir la vie sauve et c'est de là que je vous parle en attendant notre retour dans le pays pour participer à un renouveau démocratique tant espéré par la population, sachant que la COALITION CORED représente une Fédération de 21 partis politiques en exil.

Leer más