Overblog
Edit post Seguir este blog Administration + Create my blog

Publicado por COALICIÓN CORED

L’ancien ambassadeur du Brésil auprès de la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP), Lauro Moreira, a déclaré aujourd’hui [20/11/2016] que l’entrée de la Guinée équatoriale dans le bloc lusophone était une question qui faisait honte à l’organisation.



 

« C’est une honte. Comme si les problèmes internes que nous avions n’étaient pas suffisants, à présent nous avons un problème qui est effrayant, parce que c’est une question qui fait honte à la CPLP », a déclaré à l’agence Lusa Lauro Moreira, qui préside le conseil directif de l’Observatoire de la Langue Portugaise (OLP).

Pour l’ancien ambassadeur brésilien auprès de la CPLP (2006-2010), le bloc lusophone a déjà, par exemple, « de très sérieux problèmes avec la Guinée-Bissau, qui est un pays merveilleux, qui en même temps a d’excellents cadres supérieurs, mais qui maintenant est réduit à un narco-Etat ».

« Ce pays [la Guinée équatoriale] est un paria dans la communauté internationale », ajoute Lauro Moreira.

La Guinée équatoriale – qui est une ancienne colonie espagnole et n’a pas de liens culturels avec les pays lusophones – a adhéré de manière formelle au bloc lusophone lors du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CPLP à Dili, en 2014.



Obiang et des membres de sa famille (notamment son fils « Teodorin » Obiang) – qui  a l’une des plus grandes fortunes d’Afrique selon la revue Forbes – sont l’objet de divers procès dans certains pays pour corruption, fraude et blanchiment de capitaux, tout comme le président équato-guinéen est accusé de violer les droits humains par plusieurs organisations non gouvernementales (ONG). La peine de mort a été suspendue pour pouvoir entrer dans le bloc lusophone. Selon l’ONG Transparency International, il s’agit de l’un des pays les plus corrompus du monde.

Pour Lauro Moreira, Teodoro Obiang « règne sur un pays qui flotte aujourd’hui sur le pétrole et sur une population naufragée dans la plus grande misère ».

Le diplomate ajoute qu’il s’agit d’un pays déconsidéré par la communauté internationale, isolé par la langue (l’unique qui parle l’espagnol dans toute l’Afrique), dont l’histoire, la culture et le comportement n’ont rien à voir avec les idéaux qui ont présidé à la création de la Communauté des Pays de Langue Portugaise, en 1996.

Para estar informado de los últimos artículos, suscríbase:

Comentar este post